loader

Une machine pour fabriquer des grillages

La fabrication locale réduira les dépenses de devises et créera des emplois et l’exploitation d’un marché africain.

L e lien avec le marché est évident dès lors de son observation que l’adaptation de cette machine à fabriquer des grillages a été faite. « Les enquêtes menées nous ont permis de constater que tous les grillages en simples torsions utilisées dans les pays d’Afrique, notamment le Bénin, Cameroun, Ghana, Mali, Nigéria, Sénégal, etc. sont importées d’Europe et d’Asie. Pour cette raison, notre construction réside principalement à l’appropriation de la technologie », révèle Achille Désiré Betene Omgba, l’un des encadreurs de l’équipe d’enseignants et étudiants qui a récemment mis au point cet ouvrage à l’Ecole normale supérieure de l’enseignement technique (Enset) de l’université de Douala. La machine sert à plier en treillis des fils métalliques (en acier inoxydable) et les assembler pour produire des grillages de différentes longueurs. De tels grillages sont utilisés pour la protection de grands espaces tels que les jardins publics, les aires de jeu, les prisons, les usines, les exploitations agricoles ou industrielles, etc. L’effort de création qu’il faut reconnaître à l’équipe d’inventeurs se résume selon elle au franchissement d’un obstacle technique. La plus grande difficulté ayant « été de trouver la solution technologique de pliage du fil métallique en treillis et d’assemblage automatique à travers des vidéos et des images des machines ». Les avantages de cet arrangement sont plus nombreux. Pour la balance commerciale et l’emploi notamment, l’on notera que les grillages désormais peuvent être fabriqués sur place et ne seront plus importés. « La solution est désormais connue localement et une machine de grandeur nature peut être développée pour les industriels », explique le professeur Betene Omgba. Il faut y ajouter, la simplicité du système automatique qui limite les interventions de l’opérateur. Caractéristique technique : le démarrage simultané du moteur de commande et de la pompe d’alimentation du fluide de refroidissement du système broche-lame. Enfin, la possibilité existe de programmer la durée de pliage d’une longueur de fil précise. Et, promet l’équipe, « le coût très abordable (mais non encore communiqué) reste à la portée des Pme locales ». La conception et la réalisation se sont en revanche faites au moyen d’un financement participatif des membres de l’équipe. La facture de réalisation du prototype est évaluée à environ 1 200 000 F. « Il est important de noter que ce montant correspond au coût du prototype réalisé. En revanche, il peut très vite être absorbé par une production sérielle », estime M. Betene Omgba.

Partager cet article

Commentaires

    List is empty.

laisser un commentaire