loader

Une crème pour prévenir le paludisme

La structure « Spas » a mis en œuvre ce produit novateur afin de lutter contre les moustiques.

« No Palu ». C’est une crème faite à base de produits locaux et comme son nom l’indique, lutte contre le paludisme. C’est l’œuvre d’Alain Patrice Ngaleu et de ses co-associés, à la tête de la société panafricaine de savonnerie (SPAS), une structure installée dans la ville de Douala et qui a vu le jour depuis le début de cette année. Selon ce co-associé, cette crème protège la peau contre les piqûres de moustiques et autres insectes en les repoussant. Ce produit nouveau dans le secteur du cosmétique a une efficacité d’environ huit heures après son application sur le corps. La boîte de crème de 200 g coûte 2000 F. Dans son activité, Alain Patrice Ngaleu est accompagné de trois employés. L’un assure la production et les deux autres se chargent du reconditionnement, du scellage électrique et du packaging. Ces employés s’attèlent autant qu’ils peuvent au succès de l’entreprise qui les emploie. Pour Alain Patrice Ngaleu, et ses associés, ils ont pour objectif de combattre à leur manière le paludisme, qui fait des milliers de morts chaque année dans le monde. Cette crème peut être emmenée n’importe où, remédier au transport encombrant de moustiquaires imprégnées. La fabrication de « No Palu » convoque des éléments tels que le talc industriel, des emulgateurs GA, de l’émulsion extrapol, des actifs gras répulsifs des moustiques, des épaississants et des huiles essentielles naturelles d’eucalyptus. Il faut à peine quatre heures de temps par jour pour fabriquer 100 boîtes de crèmes « No Palu». Le produit ne contient pas de conservateur chimique et est 100 % naturel. Pour monter sa structure, Alain Patrice Ngaleu et ses co-associés ont déboursé plus d’une dizaine de millions de F, de quoi s’offrir tout ce dont ils avaient besoin, pour le bon fonctionnement de l’entreprise. En plus de cette crème « No Palu », la structure présente également à sa clientèle du savon noir et brun de ménage, etc. De quoi bien s’investir dans le secteur du cosmétique.

Partager cet article

Commentaires

    List is empty.

laisser un commentaire