loader

Emploi urbain: Sangmélima lutte contre le chômage

Un programme d’accompagnement des collectivités territoriales décentralisées pour l’embellissement des cités vient de lancer ses activités dans la région du Sud.

Outil important dans un partenariat entre les communes et le Fonds national de l’emploi (FNE), le concept du Programme spécial pour emploi urbain (USEP) vient révolutionner l’emploi de masse de la jeunesse dans les cités qui en bénéficient. Son objectif reste la création des emplois de proximité, à travers des activités à haute intensité de main d’œuvre (Himo) dans les villes du pays, contribuant ainsi à l’assainissement et à l’amélioration du cadre de vie de ces villes et à la réduction du chômage. La lutte contre le chômage, par ailleurs accentué chez les jeunes vivant dans les villes telles que Douala et Yaoundé (où le taux oscille entre 24% et 35%, selon des données disponibles au FNE) reste au cœur de l’action du gouvernement. USEP va diriger son action sur l’utilisation d’une forte maind’œuvre de proximité à travers des projets qui nécessitent une intensité d’emplois, afin d’insérer les jeunes sans emploi, par le biais des travaux d’aménagement, de réaménagement, d’assainissement et d’amélioration des services sociaux dans les villes. Au total, onze cités dans le pays ont bénéficié des retombées de ce programme qui a démarré par Bafia, Ebolowa et plusieurs autres communes de l’Extrême-Nord. Au total, ce sont environ 600 jeunes qui y ont travaillé depuis son lancement. Sangmélima est la 12e ville qui accueille le projet. A cet effet, pas moins que 50 jeunes, âgés entre 15 et 35 ans vont, pendant cinq mois, astiquer les coins et recoins, aménager, réaménager, curer les caniveaux, désherber et s’exercer dans les travaux comme la construction de petites œuvres d’art (ponceaux), mais aussi assainir les jardins et autres espaces-verts de la cité. La cérémonie de lancement de cette session du programme USEP à Sangmélima, présidée par Koulbout Haman, préfet du Dja-et-Lobo, a eu lieu le 3 août en présence de Camille Mouthé à Bidias, directeur général du FNE. « Le programme a été conçu, pour lutter contre le chômage des jeunes dans les villes. Il est une opportunité offerte aux jeunes, pour leur permettre de travailler, d’avoir des revenus et de s’insérer dans la vie active », confiera le patron du FNE.

Partager cet article

Commentaires

    List is empty.

laisser un commentaire