loader

Blé: Les cours évoluent en dents de scie

L ’utilisation mondiale des céréales pour 2021 devrait atteindre un niveau record d’après l’Organisation des Nations unies pour l’alimentation et de l’agriculture (FAO). L’agence onusienne table sur une hausse de 1,6% pour atteindre 2732 millions de tonnes. L’utilisation pour la consommation humaine et animale et à des fins industrielles devrait se développer dans cette perspective. Pour autant, le blé connaît ces dernières semaines, une évolution en dents de scie sur les marchés internationaux. Peu avant midi, sur Euronext, la tonne de blé tendre reculait le 27 juillet dernier, de 1,50 euro (983 F) sur l’échéance de septembre, à 184,25 euros, environ 120 860 F, ainsi que sur celle de décembre à 185 euros, soit 121 352 F, pour plus de 7 000 lots échangés. Le 24 juillet, peu après 14h, sur Euronext, la tonne de blé tendre progressait de 1,75 euro (1 147 F), sur l’échéance de septembre à 185,25 euros, soit 121 516 F et de 1,25 euro (819F), sur l’échéance de décembre à 186 euros, pour 15 600 lots échangés. Alors que la production pourrait baisser dans l’Union européenne, l’Ukraine et les Etats-Unis devraient largement compenser les hausses prévues en Australie et en Russie. Les analystes des matières premières agricoles restent prudents depuis les premières prévisions de la FAO pour 2020/21. L’indice FAO des prix des céréales de ce mois est là pour le témoigner. La pression à la baisse sur les cours du blé s’est intensifiée en juin, en partie à cause des nouvelles récoltes dans l’hémisphère nord, mais aussi en raison de l’amélioration des perspectives de production dans un certain nombre de grands pays exportateurs, notamment dans la région de la mer noire. Au Cameroun, les données disponibles sur l’importation de blé font état de 547 milliards de F pour 3,6 millions de tonnes de 2012 à 2017 et 145 milliards de F pour 850 000 tonnes en 2018. Un plan de relance de la filière est en cours. D’après les résultats de l’Institut de recherche agricole pour le développement (IRAD), à terme, la production nationale de blé est estimée à 4 et 5 tonnes/hectare.

Partager cet article

Commentaires

    List is empty.

laisser un commentaire