loader

Sud: Le haricot de plus en plus cher à Ebolowa

Le prix du sac de 100 kilogrammes de cette légumineuse est passé de 41 000 F à 60 000 F

L e haricot est de plus en plus cher. « Pour trouver du haricot ici à Oyenga et même dans les autres espaces marchands d’Ebolowa, nous sommes obligés d’aller nous approvisionner à Yaoundé, notamment au marché Mokolo ou à celui du Mfoundi ». C’est en ces termes que s’est exprimée Anne Angally, revendeuse de haricot au marché Oyenga à Ebolowa. Le kilogramme de cette denrée coûte actuellement plus cher dans les marchés, soit 900 F contre 600 F il y a deux mois. Le seau de cinq litres qui coûtait 2000 F est livré à 4500 F en ce moment. Le sac de 100 kilogrammes de haricot rouge « gros grains » est vendu à 60 000 F, contre 41 000 F, tandis que le sac de 100 kilogrammes de la variété petits grains dénommée « haricot méringué » coûte 50 000 F, alors qu’il valait 34 000F en période d’abondance, soit entre décembre et février. Au détail, un verre de haricot coûte 150 F au lieu de 100 F. Pour Anne Angally, si le haricot est de plus en plus cher, c’est d’abord dû au fait que le haricot est un produit très demandé localement. « Ici, en moyenne, nous mangeons le haricot presque deux fois par semaine », précise Suzanne Banga, ménagère. Les vendeuses des beignets-haricot implorent le ciel pour que la donne change au plus vite. De ce côté, les affaires tournent au ralenti. Les variations de disponibilité du haricot sur les marchés ici dépendent largement des productions de l’Ouest du pays. Pour Dieu-ne-dort Kemegne, opérateur de la filière haricot au marché central d’Ebolowa, cette mutation des prix s’explique aussi par le fait que les changements climatiques ont certainement des impacts, autant négatifs que positifs, dans la production du haricot.

Partager cet article

Commentaires

    List is empty.

laisser un commentaire