loader

Adamaoua: Les collectivités locales à l’épreuve du Covid-19

Avec les contraintes sanitaires, les communes de la région sont obligées de se réinventer pour améliorer les conditions de vie des populations.

Depuis l’assouplissement de certaines mesures par le Premier ministre, chef du gouvernement, qui exonèrent le contribuable de l’impôt libératoire et de la taxe de stationnement pour les taxis et les motos taxis, ainsi que la taxe à l’essieu au titre de 2e trimestre, l’activité économique reprend petit à petit à Ngaoundéré. Dans les grands espaces commerciaux tout comme les petits, les opérateurs économiques de la ville essayent de retrouver du sourire à travers la vente de leurs différents produits ou de leur offre des services, bien que l’ambiance reste encore morose en raison de la peur liée à la propagation du covid-19. Dans les différentes communes, les édiles sont unanimes sur la baisse drastique des recettes. Ceci malgré la sensibilisation des commerçants à travers la remise des dons en matériels d’hygiène, des masques et seaux d’eau avec robinet. D’après certains maires, la situation économique n’est pas reluisante à cause de la pandémie. Une situation qui pousse désormais ces collectivités locales à puiser dans leurs propres réserves et les centimes additionnels communaux (CAC) pour fonctionner. « Il est bien vrai que ces mesures d’assouplissement visent à accompagner les populations dans cette lutte sanitaire, mais il faut relever aussi que nous ne parvenons plus à joindre les deux bouts parce que notre mairie vit aux dépens des taxes », confie Awalou Mohamadou, maire de la commune de Ngan-ha.

Cependant, il est important de relever qu’en dehors des mesures d’assouplissement, les autorités communales prélèvent quand même la taxe de transport des produits de carrières, même si parfois elles rencontrent des difficultés sur le terrain. « Il y a un problème d’interprétation des textes par certains contribuables qui ne veulent pas payer leur taxe au motif, qu’ils en sont également exonérés », explique Bello Hamassambo, receveur municipal de la commune de Ngan-ha. Malgré les difficultés rencontrées en cette période de crise sanitaire, ces autorités municipales ne baissent pas les bras. Elles entendent poursuivre leur mission : celle de réaliser des infrastructures socioéconomiques de base, et de développer le potentiel économique de leur localité respective. « Les mesures d’assouplissement créent des ralentissements au niveau des réalisations, mais nous allons continuer à travailler avec nos petits moyens comme si de rien n’était », conclut Baba Elie, maire de la commune de Mbé.

Partager cet article

Commentaires

    List is empty.

laisser un commentaire