loader

Corridor Douala-Bangui: Le trafic a repris

Après un malentendu concernant la prise en charge des cas suspects au coronavirus, la circulation des camions à la frontière Cameroun-RCA est à nouveau possible.

Garoua-Boulaï, ville camerounaise d’habitude grouillante, est calme ce 6 mai 2020. Au niveau de cette frontière commune, on note des rangs interminables de camions le long de la chaussée. Tous sont immobilisés en signe d’arrêt de travail. De l’autre côté de Cantonnier, village centrafricain contigu à cette ville camerounaise, c’est également le calme. De part et d’autre, pas de mouvement des personnes et des biens. La circulation est à l’arrêt. En fait, les chauffeurs camerounais ont résolu de l’arrêt de travail en signe de protestation contre les traitements infligés à leurs camarades positifs au coronavirus et pris en charge près de Bangui, en RCA. « Nos camarades qui rentrent de Bangui sont soumis à un traitement indu », explique Mahamadou Namiri, chauffeur stationné depuis sept jours à Garoua-Boulai. Informé, le gouvernement centrafricain a réuni les parties prenantes pour trouver une issue à cette situation. D’après le Dr. Pierre Somse, ministre centrafricain de la Santé et de la Population, « ce malentendu a été aplani. Les conditions de prises en charge ont été améliorées ». En effet, la demande des chauffeurs camerounais portant sur le rapprochement à Garoua-Boulaï du centre de dépistage et de prise en charge initialement situé au niveau de PK 26, près de Bangui, a été validée. Les syndicalistes à l’origine du débrayage ont informé leurs membres de la reprise des activités. Certains, comme le Groupement des transporteurs terrestres du Cameroun (GTTC), ont équipé leurs membres en kits de protection. Si les chauffeurs ont repris le chemin de Bangui, reste que la note laissée par l’arrêt de quelques jours de travail par les transporteurs est salée. Pour les propriétaires des camions, un seul jour d’inactivité est évalué en termes de millions de F. Garoua-Boulaï en paye aussi les frais. Ici, cette situation a créé l’encombrement de la chaussée. Pour le reste, la lutte contre le coronavirus préoccupe les deux pays. Le gouvernement camerounais a renforcé son dispositif de riposte. Des thermo flashs ont été installés. « Nos centres de santé respectent les mesures sanitaires prescrites », a expliqué Dr. Sylvain Tcheumaga, chef de district de santé de Garoua-Boulaï. En complément de ces efforts, l’Organisation de la coordination de la lutte contre les endémies en Afrique centrale (OCEAC) a renforcé le 6 mai dernier, le dispositif de lutte contre la covid-19 au niveau des frontières entre le Cameroun et la RCA.

Partager cet article

Commentaires

    List is empty.

laisser un commentaire