loader

Allègement des restrictions contre le covid-19 : les premières retombées - Plus de places, plus d’argent

Les transporteurs urbains et interurbains vont aussi capitaliser sur l’exonération de la taxe de stationnement et de la taxe à l’essieu.

S ’adressant exceptionnellement à la Nation le 19 mai dernier, le président de la République, Paul Biya, a précisé l’esprit des mesures gouvernementales du 30 avril 2020. Elles visent à « atténuer l’impact de la pandémie sur l’économie nationale et sur la vie des ménages les plus fragiles ». Sur fond de propagation du nouveau coronavirus, la mise en œuvre du plan de riposte du Cameroun a amené l’Etat à prendre des mesures restrictives qui ont impacté négativement l’économie nationale. Selon le point fait récemment par le ministre des Finances Louis Paul Motaze, le Cameroun a déjà perdu environ 800 milliards de F à cause de cette pandémie. Parmi les secteurs les plus touchés sur le plan national, celui des transports. Ibrahima Yaya, président du Groupement des transporteurs terrestres du Cameroun (GTTC) estime à plus de plus de six milliards de F, les pertes subies dans le secteur du fait notamment de la réduction du nombre de places par véhicule de transport. Aussi, les mesures d’assouplissement prises récemment vont-elles permettre à l’ensemble des acteurs de la filière de « souffler un peu ». En réponse aux doléances des différents acteurs économiques impactés négativement par le coronavirus, 19 mesures ont été édictées pour atténuer les effets de cette pandémie. Ces mesures viennent aussi alléger celles, plus strictes, prises le 17 mars dernier, lors du déclenchement de la riposte contre le covid-19. Les acteurs du transport urbain et interurbain sont particulièrement concernés par la « levée de la mesure réduisant le nombre règlementaire de passagers » et par l’exonération de la taxe de stationnement pour les taxis et motos taxis ainsi que de la taxe à l’essieu. Cette dernière mesure valable pour le deuxième trimestre en cours pourrait s’appliquer jusqu’en fin d’année, a indiqué Joseph Dion Ngute, Premier ministre, chef du gouvernement. Selon l’annuaire statistique du ministère des Transports, « Transtat 2018 », plus de 17 000 détenteurs de licence transport sont concernés par cette mesure, soit 14 881 licences de première catégorie (transport urbain et périurbain de moins de 11 places) et 2 384 licences pour la deuxième catégorie (transport interurbain de plus de 11 places). S’il sera difficile pour les acteurs du transport urbain et interurbain de récupérer les pertes subies depuis la survenance du covid-19, il n’en demeure pas moins vrai que l’allègement des mesures du 17 mars 2020 va tirer leurs recettes à la hausse. Les bus de transport de 70 places par exemple feront désormais le plein, réalisant un gain de 20 places. Dans le transport urbain l’allègement des restrictions du 17 mars dernier est aussi visible. De trois passagers, les conducteurs sont désormais autorisés à en prendre quatre, augmentant ainsi leurs recettes journalières. Alors qu’on observe un « déconfinement » du secteur du transport urbain et interurbain, il n’est pas superflu de souligner l’importance du respect des mesures barrières, au risque d’un retour des mesures plus strictes avec leurs conséquences négatives sur l’activité.

Partager cet article

Commentaires

    List is empty.

laisser un commentaire