loader

ouest: Le Covid-19 suscite des vocations à Bandjoun

Grâce à la matière première offerte par le député Albert Kouinche, des jeunes du Koung-khi s’activent à la fabrication des masques et des gels hydro alcooliques.

Nous sommes dans un laboratoire universitaire à Bandjoun. Des étudiants, sous le regard vigilant du Pr Jean Jules, vice-recteur de l’université évangélique du Cameroun, s’appliquent à bien effectuer les mélanges entre différents produits pour fabriquer des gels hydro alcooliques. La principale matière vient de leur être offerte par le député Albert Kouinche. De quoi décupler leur ambition de produire des gels qui respectent non seulement les normes de l’OMS, mais en plus, avec une touche camerounaise. Ces étudiants de la faculté de biologie de l’Université évangélique du Cameroun (UEC) présentent ensuite le résultat obtenu à leur bienfaiteur qui se réjouit de ce dynamisme. Les gels déjà produits ont été distribués dans certaines formations sanitaires et à des groupes organisés du département du Koung-khi. Selon le Pr Jean Jules, l’UEC peut facilement produire 250 litres de gels hydro alcooliques en une journée. « L’avantage, c’est que nous respectons toutes les proportions édictées par l’OMS, nous ne doutons pas de l’efficacité de ce gel », témoigne cet enseignant des universités. Il ajoute : « Lorsque la situation va s’améliorer, on ne va pas cesser de se protéger. Parce qu’avant le Covid-19, ces gels existaient pour lutter contre les bactéries, certaines infections qu’on pouvait attraper dans la rue. Après le Covid-19, nous allons voir comment nous allons produire un gel labélisé, de grande qualité ». Autre lieu : le centre de formation professionnelle en couture mixte de Bandjoun. Ici, de nombreux jeunes travaillent à la chaîne pour produire des cache-nez. La matière première, plusieurs mètres de tissus, reçue du député Albert Kouinche, a déjà permis à ces jeunes de produire plus de 1500 masques qui ont été distribués gratuitement à la population. Lors de son passage vendredi dernier, l’élu de la Nation a passé une commande de 5 000 autres masques à produire dans les brefs délais qui seront redistribués à la population. Le vœu du député de la nation est d’exploiter le coronavirus comme une source d’opportunités pour les jeunes du département qui font des petits métiers. « C’est la raison pour laquelle nous avons décidé de confier dorénavant la confection des cache-nez à des couturiers résidant ici. Il s’agit aussi d’une opportunité pédagogique dans la mesure où tout à l’heure, nous avons aussi remis la matière première à la Faculté de biologie de l’université évangélique pour apprendre aux étudiants à fabriquer des solutions hydro alcooliques, qui leur serviront d’abord, ensuite à l’hôpital et après sur le marché, pourquoi pas ? », confesse Albert Kouinche. Il précise que ces actions constituent pour lui, un devoir en tant que député et citoyen.

Partager cet article

Commentaires

    List is empty.

laisser un commentaire