loader

Extrême-Nord: Les familles anticipent sur les charges

Les dépenses liées au mois de jeûne varient selon la bourse et la taille de chaque ménage.

L ’alimentation et l’habillement constituent les principales poches de dépense des fidèles musulmans. A bien y regarder, c’est pendant le jeûne de Ramadan que les musulmans mangent plus. Et ceci déteint sur le portefeuille du chef de famille. Afin d’avoir une idée sur le coût estimatif des dépenses à supporter tout au long de cette période, nous sommes allés à la rencontre d’un chef d’une famille modeste qui compte six personnes, les deux parents et leurs quatre enfants mineurs. Il s’agit de Alioum Bouba qui réside à Maroua dans la région de l’Extrême-Nord. Pour lui, la balance entre l’alimentation et les vêtements de fête est pratiquement équilibrée. Et au nombre des produits de première nécessité incontournables qu’il cite, on retrouve la farine, les huiles de table, le riz, le sucre, le soja et la viande. Certaines de ces denrées sont achetées au quotidien notamment la viande, soit un kilogramme pour la ration journalière de la maisonnée, confinement oblige. Pour ce qui est de l’huile végétale, il en consomme deux litres par semaine. Côté céréales, une provision de 75 kg (24 500 F) de riz a été faite pour tenir durant le mois. Ajoutez à cela, du soja (2000 F) et cinq kilos de sucre à 3500 F à l’entame du jeûne. Des denrées qui lui permettront de passer tout le mois de Ramadan sans pression. Tous ces achats portent le budget alimentation de cette famille à 98 200 F environ. L’autre poche de dépense concerne l’habillement, tout aussi important, mais dont le budget est fonction des moyens financiers disponibles. Auquel cas, Alioum Bouba peut, à défaut d’acheter des vêtements neufs, les confectionner lui-même, avec l’avantage qu’ils seront utiles même après la fête. Une dépense évaluée à 100 000 F. Elle intègre le pagne pour son épouse (entre 15000 et 50 000 F), des ensembles pour ses enfants disponibles à 5000 F pour la fille et 3000 F pour le garçon. Il faut ajouter à ceci le prix des souliers. Le père de famille quant à lui, pourra se contenter d’un ensemble gandoura accessible à 20 000 F et des chaussures. Soit environ 200 000 F de dépenses totales pour cette famille qui, comme de nombreuses autres dans la région, se préparent généralement à temps pour passer ce mois saint sans subir la pression de dernière minute.

Partager cet article

Commentaires

    List is empty.

laisser un commentaire