loader

Recouvrement des créances de l’Etat: La vitesse supérieure

Grâce à une réorganisation et de nouveaux statuts qui lui donnent de nouvelles missions et plus d’autorité, la SRC va monter d’un cran.

Au 31 décembre 2019, la Société de Recouvrement des créances du Cameroun (SRC) a recouvré 307 milliards de F, depuis sa création en 1989. Le solde à recouvrer est de 540 milliards de F sur la même période. Au cours des exercices 2017-2019, un montant cumulé de 15 milliards de F à peu près a été recouvré. Et pour la seule année 2019, les recouvrements effectués vont au-delà de six milliards de F, contre à peu près cinq milliards de F en 2018. Malgré les efforts consentis par la SRC pour recouvrer toutes les créances dues à l’Etat, le taux des créances sinistrées des entreprises publiques non recouvrées reste important. Selon le rapport de la Commission technique de réhabilitation des entreprises (CTR) publié le 31 décembre 2018, le total cumulé de ces créances sinistrées sur les exercices 2016-2018 était de 101 milliards de F dans le secteur des hydrocarbures. Il est également de 233 milliards de F dans les télécommunications. Dans les transports aérien et maritime ainsi que dans l’électricité, ces montants s’élèvent respectivement à 80, 70 et 18 milliards de F. La communication totalise 13 milliards de F, tandis que le secteur financier (banques d’Etat) totalise 80 milliards de F. Quant aux créances douteuses compromises, le portefeuille actuel de la SRC est d’à peu près 800 milliards de F. Ces chiffres, de l’avis de la SRC, invitent à l’action pour rétablir les administrations publiques, les entreprises publiques et les établissements publics dans leurs droits. Pour ce faire, les habits neufs de la SRC consacrés par les nouveaux textes organiques (signés par le président de la République le 9 janvier dernier) lui confèrent de nouvelles missions. Avec la réorganisation de la SRC, le directeur général, Marie-Rose Messi, explique la nouvelle configuration de la société, les effets induits de sa mutation.

Partager cet article

Commentaires

    List is empty.

laisser un commentaire