loader

Sud: Flambée des prix des denrées alimentaires

Avec l’avènement de la pandémie du covid-19, le coût des produits alimentaires connaît une hausse dans les marchés d’Ebolowa.

Avec les mesures barrières gouvernementales pour lutter contre la propagation du coronavirus, les prix des denrées alimentaires font monter la fièvre dans les marchés. Les ménages de la cité capitale du Sud subissent présentement le coût élevé des produits alimentaires. Des produits surgelés importés subissent également une majoration des prix. Par exemple, le kilogramme de maquereau proposé auparavant à 1300 ou 1400 F, coûte actuellement 1600 F ou plus. « Aujourd’hui, nous achetons les cartons de poisson tellement cher que pour réaliser des bénéfices, nous sommes contraints d’augmenter les prix », s’est justifiée Fleurna N., une revendeuse au marché central d’Ebolowa. Le carton de 20 kg autrefois vendu à 27 000 est passé à 33 000 F.

On vit ainsi un grincement de dents des acheteurs. La cherté de la vie se vit dans le panier de la ménagère. Presque tous les produits ont connu une hausse de prix. Surtout l’huile rouge, l’oignon, la tomate, le poivron et le gingembre. Des produits dont la production dépend généralement de la saison. « Nous ne savons pas comment nous nourrir avec cette cherté, pour une famille nombreuse. Même la viande de bœuf est intouchable », se lamente Sirdane B., ménagère. Aucun marché de la cité capitale du Sud n’est épargné par cette augmentation des prix. Sur son étal au marché Oyenga, Salomé B., expose des oignons. Elle vend trois à six bulbes à 200 ou 500 F. Des tas moindres par rapport à la moyenne des sept à huit oignons qui formaient encore les tas de 500 F dernièrement. La cause, explique la revendeuse, la saison qui n’est pas favorable et le confinement pour cause de covid-19, qui ne favorise plus le déplacement des grossistes.

Partager cet article

Commentaires

    List is empty.

laisser un commentaire