loader

800 masques de protection à produire par jour

Le projet porté par le ministère en charge de la jeunesse est de démocratiser l’accès à cet outil.

Alors que le port du masque de protection est devenu obligatoire dans le dispositif de lutte contre le covid-19 au Cameroun, le ministère de la Jeunesse et de l’Education civique (MINJEC) est monté au front pour promouvoir des solutions locales à des coûts réduits et à la portée de tous. Afin de démocratiser l’accès à ces masques de protection, un atelier de formation sur leur fabrication à grande échelle a été organisé à l’attention de 110 formateurs. Il s’agit de 70 médiateurs communautaires du département du Mfoundi, de 30 cadres des équipes mobiles d’animation populaire urbaine et rurale (Emapur) venant des neuf autres départements du Centre et de 10 appelés du Conseil national des appelés du service civique national de participation au développement. La formation qui s’est déroulée le 8 avril dernier à Yaoundé était animée avec l’appui technique des spécialistes de l’entreprise Mako Industries S.A., partenaire gouvernemental dans la lutte contre le coronavirus. Au terme de ce transfert de compétences, ces formateurs devront, par la suite, former d’autres personnes à la fabrication des masques de protection à grande échelle et de pouvoir les mettre à la disposition des populations lors de leurs descentes sur le terrain. D’après le coordonnateur national de l’Observatoire national de la Jeunesse (ONJ), Pierre Dominique Armand Mveme Atangana, l’ambition est de produire 800 masques par jour, à raison de 500 masques jetables et de 300 masques recyclables. La production industrielle a démarré le 13 avril dernier, après l’approvisionnement des ateliers en matières premières et la mise en place de tout le dispositif.

Partager cet article

Commentaires

    List is empty.

laisser un commentaire