loader

Relance économique post covid-19: La piste du fonds de garantie souveraine

Selon le mouvement patronal Entreprises du Cameroun, le mécanisme permettrait de prendre en charge les engagements contractés par les PME auprès des banques, entre autres.

L ’organisation patronale Entreprises du Cameroun (ECAM) a posé son diagnostic et prescrit un traitement pour atténuer les effets du covid-19 sur l’économie locale. Dans sa « Proposition pour limiter l’impact négatif du covid-19 sur les PME camerounaises », ECAM commence par montrer l’importance de ces structures dans le tissu économique du pays. Elles produisent 34% du chiffre d’affaires des entreprises au Cameroun et comptent pour 99,8% du nombre total de ces unités, d’après les données du Recensement général des entreprises de 2016. Voilà pour ce qui est des PME du secteur formel. Dans le secteur informel, leur importance est plus grande, avec des contributions à l’économie et aux recettes fiscales spécifiquement, qui « échappent aux statistiques officielles » souligne ECAM. Face à la propagation du nouveau coronavirus et du ralentissement économique que cela entraîne, ECAM reconnaît que les PME ne sont pas épargnées. Pour préserver l’activité de ces structures, le mouvement patronal préconise la création d’un fonds de garantie souveraine. Le mécanisme permettra de « couvrir les engagements compromis auprès des banques pendant la crise, et d’en assurer le suivi et le recouvrement après la crise ». A l’analyse, la proposition d’ECAM serait de nature à inciter les banques, moins enclines à accorder des crédits. ECAM note en effet que courant 2019, le secteur bancaire a enregistré des créances en souffrance pour un montant d’environ 579 milliards de F, soit 13,86% du total des crédits. Le fonds de garantie suggéré par ECAM permettra à terme, de préparer un programme de relance de l’économie post covid-19 et d’accorder des mesures de soutien spécifique, grâce à une gestion impliquant des autorités publiques et monétaires, ainsi que le secteur privé et les partenaires au développement. Sur le plan fiscal, les propositions d’ECAM tiennent en la suspension des délais en matière de contentieux fiscal et toutes les mesures de recouvrement forcé. La suspension du contentieux fiscal aiderait les entreprises exerçant dans l’alimentation, la santé, le transport, l’eau et l’électricité notamment à tenir en cette période de crise. ECAM propose aussi de prendre en compte les contraintes opérationnelles et financières des entreprises et d’ajuster le recouvrement et les délais de paiement des impôts en fonction de celles-ci.

Consommation

Pour garantir l’approvisionnement du marché et la stabilisation des prix, des contrôles des prix plus accrues sont suggérées ou encore une veille stratégique sur le marché international. L’objectif de garantir la disponibilité des produits et de faciliter leur importation. De même, pour garantir la consommation des ménages, ECAM propose « la distribution des bons de consommation en produits de première nécessité », échangeables contre des produits et services auprès d’entreprises, notamment. Mais avant d’envisager toutes ces mesures, dans l’urgence, ECAM propose entre autres, un recensement des entreprises impliquées directement ou non dans la riposte afin de s’assurer de leurs capacités à poursuivre leurs activités. De même, les entreprises en difficulté doivent être regroupées au sein d’une plateforme afin de préparer un programme de soutien adapté à chacune d’elle dans le cadre de la relance post covid-19.

Partager cet article

Commentaires

    List is empty.

laisser un commentaire