loader

Or: Le métal jaune dans la tourmente

L ’or a soufflé le chaud et le froid la semaine dernière. En plongeant de 9%, le métal jaune a en effet enregistré sa plus forte baisse depuis 1983, soit 37 ans. L’effondrement des places boursières consécutif à la pandémie du coronavirus n’a pas épargné le métal précieux, dont la valeur refuge est désormais menacée. L’or avait atteint un pic le 9 mars dernier, en s’établissant à 1700 dollars l’once, soit plus d’un million de F. de l’avis de François de Lassus, consultant pour CPoR Devises, l’once a gagné, entre le 18 mars 2019 et le 16 mars dernier, 14% en dollars et 16% en euros. Contre toute attente, le 16 mars, les cours sont retombés à 1487,70 dollars, soit 910 000 F. Au plus fort de cette baisse, fait observer ABCbourse, le métal jaune a abandonné 15 % en ligne droite pour tomber jusqu’à 1450 dollars (887 350 F) l’once, son plus bas niveau depuis novembre 2019. Par conséquent, les portefeuilles des investisseurs accusent un sacré coup. Ces derniers sont contraints de vendre leur or pour éponger les pertes enregistrées sur les autres actifs, comme les actions et les matières premières. Au Cameroun, les perspectives d’exploitation de l’or sont encourageantes avec un projet de migration de la mine artisanale vers la mine industrielle. Le 29 novembre 2019, une convention a été signée pour l’exploitation (sur cinq ans) de la petite mine d’or de Colomine dans l’arrondissement de Ngoura, département du Lom et Djérem, région de l’Est. La mise en œuvre du projet pourrait générer, du point de vue social, 500 emplois directs et 1500 emplois indirects. A peine 10% de l’or produit par les artisans miniers au Cameroun est canalisé dans le circuit formel. Le Cadre d’appui et de promotion de l’artisanat minier (CAPAM) a rétrocédé 651 kg d’or au ministère des Finances entre 2012 et 2018. Sur la base du gramme vendu à 18 500 F, la valeur financière de ce transfert était de 12,048 milliards de F.

Partager cet article

Commentaires

    List is empty.

laisser un commentaire