loader

Marché des titres publics: L’Etat va émettre des obligations

Initialement prévues pour le premier trimestre, ces opérations sont en cours de finalisation au ministère des Finances en vue de leur lancement dès le mois d’ avril prochain.

Au 25 mars 2020, les trois émissions d’obligations du Trésor assimilables (OTA) prévues dans le calendrier indicatif des émissions de titres publics pour le premier trimestre n’ont pas eu lieu. A travers ces opérations, l’Etat du Cameroun ambitionnait de lever 145 milliards de F sur le marché des titres publics de la BEAC. Mais au ministère des Finances (MINFI), on compte bien procéder à l’émission d’OTA dès le mois d’avril prochain. D’autant plus que le président de la République a signé le 18 mars dernier, le décret d’habilitation autorisant le MINFI à recourir à l’émission de titres publics d’un montant de 320 milliards de F pour financer les projets inscrits dans la loi de finances de l’exercice en cours, indique notre source. Toutefois, rien n’a filtré des détails des différentes émissions, notamment les montants annoncés et les dates d’échéance (maturité) de chaque opération. Sur un objectif initial de 305 milliards de F à lever sur les trois premiers mois de l’année, l’Etat du Cameroun a pu mobiliser un total de 129,718 milliards de F à l’issue de la séance d’adjudication du 18 mars dernier. Outre le report d’émissions d’OTA, la revue à la baisse des ambitions de l’Etat du Cameroun pour certaines opérations a aussi eu une incidence sur le montant total mobilisé au cours de la période de référence. Pour la séance du 18 mars dernier, le Trésor public avait annoncé un montant de 10 milliards de F, soit la moitié de ce qui était prévu dans le calendrier exécutif des émissions pour le compte de ce trimestre. Selon une source au MINFI, les montants indicatifs peuvent être revus à la baisse pour éviter des défauts de paiement liés aux problèmes de refinancement notamment.

Sur le déroulement des différentes opérations, le Cameroun a enregistré pour deux de ses sorties sur le marché monétaire, des taux de couverture en deçà de 100%. Pour les séances d’adjudication du 12 février et du 18 mars dernier, l’Etat a levé respectivement 5,2 milliards de F sur un objectif de 20 milliards de F et 7,518 milliards de F sur un objectif de 10 milliards de F. Malgré que les investisseurs aient proposé des sommes supérieures à ce qui a été levé, au MINFI on explique que l’Etat ne peut accepter des offres au-delà de certains taux d’intérêt. En outre, cette « timidité » des investisseurs s’explique aussi par le fait qu’ils se préparaient aux émissions d’OTA annoncées. Des opérations qui leur sont plus avantageuses en termes de taux d’intérêt rémunérateur et de commissions perçues.

Partager cet article

Commentaires

    List is empty.

laisser un commentaire