loader

Riposte contre le Covid-19: La contribution des entreprises

Entre sensibilisations, dons, suspension des déplacements à l’extérieur pour le personnel, les actes et les méthodes diffèrent d’une société à l’autre.

Dans la lutte contre la pandémie de Coronavirus (Covid-19) au Cameroun, la riposte est globale. Les entreprises aussi, dont certaines trinquent déjà, ne sont pas en marge. Certaines ont engagé depuis la semaine dernière des actions visant à limiter la propagation du virus. C’est le cas chez Eneo Cameroon où le comité de gestion de crise mis sur pied et qui se réunit tous les mardis, a élaboré une stratégie de gestion du Coronavirus. Parmi les mesures prises figure la suspension des réunions de plus de 15 personnes, à l’instar de la fête internationale du travail du 1er mai, les fora de sécurité, les grandes réunions de service, etc. Les déplacements professionnels vers l’étranger, au départ et à l’arrivée sont également supprimés, sauf dérogation exceptionnelle du directeur général. Les employés d’Eneo rentrés des déplacements à l’étranger au cours des 10 derniers jours ont été autorisés à rester chez eux pendant 14 jours. L’opérateur de télécoms MTN Cameroon a annoncé le 19 mars dernier, par voie de communiqué de presse, qu’il suspendait le paiement des frais de transfert d’argent entre les comptes MTN Mobile Money. Cette mesure effective depuis le 20 mars, rentre dans le plan de riposte de cette entreprise à la crise sanitaire qui sévit dans le pays et concerne les transferts allant jusqu’à 20 000 F. Le nombre de transactions possibles est plafonné à trois par jour et par compte, pour une durée de 30 jours. Cette période pourra être revue en fonction de l’évolution de la crise sanitaire, précise l’opérateur. « En facilitant les paiements à distance, le mobile money peut également permettre de faire face aux contraintes qu’imposent les mesures limitant les mouvements et les déplacements des personnes en vue de réduire les risques de propagation du virus », explique-t-on à MTN Cameroon. Par ailleurs, l’entreprise a annoncé d’autres initiatives via sa fondation, en appui au plan national : l’intensification des campagnes de sensibilisation, la facilitation des communications des personnels de santé impliqués et la contribution à la mise en place de centres de tests, l’accès des étudiants, élèves et enseignants aux ressources éducatives même en cas d’isolement ou de confinement. Au Port autonome de Kribi, on a opté pour une sensibilisation accrue via des notes d’information diffusées à l’attention des travailleurs, des visuels portants sur des mesures préventives, symptômes et numéro vert. Jean Jacques Binzouli Mbvoum, responsable du département médico-social au PAK a affirmé que tous les navires qui arrivent à Kribi sont désormais suspects. C’est la raison pour laquelle le personnel médical est désormais admis dans la pilotine, aux côtés du pilote désigné pour accueillir les navires en attente en rade. « C’est le service de santé qui monte à bord en premier. Il lève le doute sur le navire avant que le pilote ne fasse rentrer l’engin dans le port pour accostage », a expliqué le commandant Mustapha Mohammed, pilote marin, responsable Contrôle, Sécurité/Sûreté au PAK. Des équipements de protection individuelle (EPI) sont par la suite fournis à chaque membre d’équipage qui débarque du navire. Des thermomètres lasers (thermo-flash), des flacons de gel antibactérien pour le nettoyage régulier des mains et des désinfectants et pulvérisateurs pour aseptiser les navires complètent le dispositif de lutte sur la plateforme portuaire à Mboro. Il ne s’agit-là que de quelques cas recensés en compléments aux dons en direction du gouvernement, comme la société SCR Maya & Cie et Prometal dont les contributions respectives s’élèvent à 150 millions de F et 100 millions de F. Dans ce même registre, l’enveloppe apportée par Orange Cameroun pèse 100 millions de F en plus d’autres mesures de gratuité offert par ce même opérateur.

Partager cet article

Commentaires

    List is empty.

laisser un commentaire