loader

Métiers verts: Plus de 200 élèves édifiés

La récente causerie éducative avec WWF Cameroun a également permis de les sensibiliser sur l’urgence de préserver la planète qui est en danger.

Il est désormais possible de réaliser des activités génératrices de revenus sans nuire à l’environnement. Le message a été porté par le Fonds mondial pour la nature (WWF) le 6 février dernier à Yaoundé, lors d’une causerie éducative avec les jeunes, en marge de la 54e fête nationale de la Jeunesse. L’échange a permis d’édifier plus de 200 élèves à l’entrepreneuriat écologique, comme un business florissant tenant compte des générations présentes et à venir. Les activités concernées portent sur la l’agriculture biologique, l’écotourisme, l’écoconstruction, la valorisation des déchets, la production d’énergies renouvelables, etc. Autant de projets financés par WWF dans le cadre de l’« Empowering Youth To Transform Africa », c’est-à-dire le projet de sensibilisation des jeunes à l’entrepreneuriat vert. Il est mis en œuvre avec le soutien de la Swedish International Development Cooperation Agency, l’agence suédoise de coopération internationale au développement. Sa mise en œuvre s’étend de 2018 à 2022.

Les échanges ont également porté sur l’éducation environnementale. A cet effet, le responsable communication de WWF Cameroun, Fidelis Pegue Manga, a indiqué qu’en plus de 40 ans, les populations d’espèces sauvages (mammifères, oiseaux, reptiles, amphibiens…) ont baissé de 60%. L’un des facteurs est attribué à l’explosion de la croissance observée dans les années 1950. WWF va plus loin en indiquant qu’au cours des 50 dernières années, notre empreinte écologique (mesure de notre consommation en ressources naturelles ; Ndlr) a augmenté d’environ 190%. A partir de ce moment, les activités de l’Homme ont un impact « considérable » sur les systèmes naturels.

Pourtant, il y a encore de l’espoir. « Notre planète est comme notre maison et nous devons l’entretenir pour qu’elle ne tombe pas en ruines, parce qu’il n’y en a qu’une seule », précise Fidelis Pegue Manga. Il encourage donc les jeunes à mener le plaidoyer auprès des populations, des gouvernements et de la société civile pour une gestion rationnelle et durable des ressources naturelles.

Partager cet article

Commentaires

    List is empty.

laisser un commentaire