loader

Douala: Des fruits près de l’arbre à Japoma

Le Chan a déjà permis de créer des milliers d’emplois, développer la voirie urbaine et devrait ouvrir d’autres opportunités.

Pour voir des ouvriers et mesurer l’impact du prochain championnat des joueurs de football établis en Afrique, le Chan 2020, il faut plutôt aller à la délégation régionale du ministère des Sports où l’on voit se presser des centaines de potentiels volontaires postulant pour un recrutement. Sur les lieux de la future compétition, il n’y a presque plus rien à voir en effet. Le chantier que l’on peut encore observer à Douala pourrait alors être celui des comptables des entreprises et des fiches de paie des travailleurs qui ont bâti les principales installations. Les grues ne sont plus maîtresses du ciel et les bétonnières ne tournent plus à plein régime. En fait de chantier, on devrait parler au passé, tant on se rapproche de la fin pour chacun d’eux. Et de fait, dans le registre des statistiques de la délégation régionale du ministère en charge de l’Emploi, on compte 11.276 emplois nouveaux recensés sur ces chantiers. Il s’agit quasi exclusivement des postes ouverts dans le bâtiment et les travaux publics des équipements du Chan à Bépanda, Bonamoussadi et Akwa, et surtout à Japoma où se trouve l’ensemble d’équipements sportifs le plus moderne de toute la région et probablement du Cameroun, se satisfait le coordonnateur du site, Abel Calvin Njocke. S’il n’y a pas de chiffres officiels qui permettraient de mesurer la progression de l’offre d’emplois créée par ces chantiers, dans les services du ministère de l’Emploi, on ne doute pas qu’il s’agit d’une situation exceptionnellement positive enregistrée au cours des deux précédentes années. « Les emplois peuvent être classés en deux catégories, la première étant évaluée à partir de la phase des constructions et du gros-œuvre. Dans la suite, ce sera une autre catégorie d’emplois, celle liée à l’exploitation des sites qui va donner lieu à des activités de transport, de restauration, d’hébergement, de soins, d’accueil et d’animation, de maintenance, etc. », évalue M. Njocke. En attendant que tous ces postes soient ouverts, il estime déjà qu’il faudra 500 volontaires pour appuyer l’organisation du Chan en avril, sur le seul site de Japoma. Une conséquence directe d’investissements colossaux de l’Etat dans la ville de Douala depuis 2017. Avant de compter les financements complémentaires, le seul complexe de Japoma a absorbé au moins 150 milliards de francs. C’était la somme levée au départ sur les marchés financiers par le gouvernement.

Les hôteliers qui se sont préparés à recueillir la balle au rebond, comme l’indique un membre de leur syndicat local, visaient en réalité le marché de la coupe d’Afrique des Nations de football de 2021. Huit parmi les plus grands d’entre eux ont déjà été sélectionnés pour Accueillir un minimum de deux à trois mille visiteurs, selon le comité de site. Même avec deux poules, la capacité d’accueil est largement suffisante, rassure M. Njocke.

Partager cet article

Commentaires

    List is empty.

laisser un commentaire