loader

Assurance-investissement: Un nouveau cadre de coopération en vue

La récente proposition de la candidature du Cameroun à l’Agence pour l’assurance du commerce en Afrique augure des perspectives de développement. 

Les concertations pour l’adhésion du Cameroun à l’Agence pour l’assurance du commerce en Afrique (ACA) évoluent de façon satisfaisante. Lors de l’Africa Investment Forum, tenu du 11 au 13 novembre 2019 à Johannesburg en Afrique du Sud, la Banque européenne d’investissement (BEI) a signé des accords dans ce sens pour appuyer l’adhésion potentielle du pays, ainsi que celle du Niger et du Togo. En cas de succès de la procédure, le Cameroun pourra bénéficier des mécanismes de garantie et d’assu
rance offerts par l’ACA, afin d’attirer les investissements et promouvoir la croissance. A travers ce mécanisme de fi
nancement concessionnel, la BEI pourrait couvrir les prises de participation du pays. Ce nouveau cadre de coopération devra renforcer l’impact de l’assurance-investissement. D’après le vice-président de la BEI, Ambroise Fayolle, le Cameroun pourra, à titre de retombées, « bénéficier pleinement de l’adhésion à l’ACA et d’un accroissement des investissements dans des secteurs tels que l’agriculture, l’énergie, la production manufacturière et la santé ». Selon la BEI, l’assurance-investissement est un créneau important pour la mutation des investissements publics et privés des pays qui sont dans leur ligne de mire. Dans la mesure où elle couvre l’ensemble des risques politiques et de crédit. L’adhésion à  l’ACA devrait permettre de réduire les coûts d’emprunt et de stimuler la confiance des investisseurs qui peuvent être protégés en cas de non-paiement dans le cadre des opérations souveraines des Etats et des investissements des entreprises. Par ailleurs, l’accord va donner tous les gages de réalisation des projets selon les normes techniques, environnementales et sociales internationales. De quoi rassurer les investisseurs étrangers.  L’ACA voit en cette coopération, une occasion pour les candidats de réaliser leur potentiel, de doper celui du secteur privé et d’accélérer le développement d’infrastructures durables sur le continent africain. Passée la phase de proposition de la candidature du Cameroun, l’adhésion à  part entière à  l’ACA devrait intervenir dans les prochains mois.
 

Partager cet article

Commentaires

    List is empty.

laisser un commentaire