loader

Transformation locale du bois: Les opportunités de la filière présentées dans le Sud

Les acteurs de la région déplorent cependant les difficultés liées à l’accès à la ressource et le défaut de moyens qui ralentissent leurs efforts. 

Dans la région du Sud, le bois compte parmi les filières porteuses. Normal donc que l’Agence régionale du Fonds national de l’emploi (FNE) s’y penche pour voir comment optimiser son exploitation (production et transformation), surtout au profit des acteurs locaux de ladite filière. Menuisiers, artisans, forestiers et autres parties prenantes de la région ont récemment pris part à une réunion sectorielle de la filière bois organisée par l’agence du FNE dans la salle des actes de la mairie d’Ebolowa 1er. « Partout au Cameroun et particulièrement dans la région du Sud, le bois est une source de richesse. Pourtant, ce sont les autres qui l’exploitent à notre place et les objets issus de sa transformation nous sont vendus à prix d’or », s’est indigné Alain Tieck, directeur de l’agence régionale du FNE.  
Il n’est pas trop tard pour inverser la tendance dans la filière bois. L’objectif clairement exposé lors des travaux d’Ebolowa, était d’impliquer davantage de locaux dans un secteur du bois qui représente la deuxième activité d’exportation au Cameroun, derrière l’exploitation pétrolière. Par ailleurs, des statistiques sur l’activité sylvicole font état de près de 30 000 emplois directs et 150 000 emplois indirects générés avec une contribution d’environ 4% au produit intérieur brut (PIB) et un apport de 14% aux recettes du pays. Eu égard au potentiel de la filière bois, ces données pourraient s’améliorer positivement, à condition que les opportunités soient exploitées. Par exemple, pour appuyer le secteur de la transformation du bois, le gouvernement, comme l’a rappelé Floriane Melend Otop épouse Nekam, délégué régional de l’Emploi et de la Formation professionnelle, a décidé depuis 2015 d’équiper au moins 40% de l’administration camerounaise avec du mobilier fabriqué localement. Durant la sectorielle d’Ebolowa, des ateliers de formation et d’information se rapportant au thème de la rencontre : « Transformation du bois : perspectives d’amélioration du service, pour une meilleure création des emplois » ont permis d’éclairer davantage sur la filière. Certains participants ont d’ailleurs relevé pour le déplorer, que le domaine de la transformation du bois, comme beaucoup d’autres, subit d’importantes mutations en raison de l’évolution de la technologie, des exigences de la clientèle et de l’environnement socioéconomique. Une évolution qui les soumettrait à de nombreuses contraintes ne favorisant pas le développement de leurs activités et par ricochet, leur impact positif sur la création des richesses et d’emplois.
 

Partager cet article

Commentaires

    List is empty.

laisser un commentaire