loader

Adamoua: Des tronçons de route réalisés à Ngaoundéré

Après la mise en place du projet à haute intensité de main d’œuvre (Himo) dans la ville, l’on enregistre la réalisation des ouvrages démonstratifs et la promotion de l’emploi local. 
C’est une route en pavés qui s’étale sur une distance de 200 mètres entre le carrefour Baden-Baden et le carrefour Jean Congo dans l’arrondissement de Ngaoundéré IIe. L’une des réalisations des infrastructures socio-économiques de l’approche Himo dans la ville. Cette initiative résulte des efforts conjoints des bailleurs de fonds, des pouvoirs publics et de la commune bénéficiaire. Près de 100 millions de F ont été nécessaires pour recruter 200 jeunes au sein des populations riveraines afin de réaliser cet ouvrage. Les travaux consistaient en la construction de fossés maçonnés et de ca
niveaux bétonnés, la fabrication et la pose des pavés, le curage du lit du cours d’eau et le débroussaillage. C’est pour ainsi répondre à l’objectif du projet à savoir, promouvoir 
l’utilisation massive de la main d’œuvre locale, favoriser l’utilisation des matériaux locaux et développer des aptitudes techniques en bâtiments et travaux publics (BTP) avec la 
main d’œuvre locale non qualifiée. Aujourd’hui, il ressort des différents témoignages des populations bénéficiaires que cette initiative a permis de redonner de l’espoir. Elle a permis aux 
femmes et aux jeunes de vivre dignement dans leurs communautés. « Ces jeunes ont déjà effectué plusieurs réalisations avec les ressources issues du paiement hebdomadaire et la libération des épargnes leur a permis d’initier, d’agrandir et de consolider leurs activités génératrices de revenus », confie Idrissou Abana maire de Ngaoundéré IIe Les communes voisines ne sont pas en reste.  « Nous avons expérimenté cette approche dans le cadre d’un don du chef de l’Etat en 2018, en recrutant 200 jeunes. C’est pour vous dire que cette approche a favorisé la création de l’emploi et la réduction du coût des projets à réaliser », explique Bobbo Saliou, maire de Ngaoundéré 1er. « Malheureusement, les moyens nous font défaut. On aurait voulu le faire davantage pour lutter contre la pauvreté en milieu jeune », regrette Yérime Djika Massagala, maire de Ngaoundéré IIIe. Au niveau de la Communauté urbaine de Ngaoundéré, l’approche Himo est toujours privilégiée par le délégué du gouvernement, Hamadou Dawa. Plusieurs projets d’exécution des travaux de réhabilitation ont été exécutés à Ngaoundéré en actionnant cet instrument. Ceci, grâce à une convention de partenariat avec le ministère de l’Economie, de la Planification et de l’Aménagement du territoire. Parmi ces projets, on peut citer la réhabilitation des itinéraires sur une distance de 1,1 km dans la ville, pour un coût estimé à 250 millions de F. 

Partager cet article

Commentaires

    List is empty.

laisser un commentaire