loader

Sud: Le charbon écologique est disponible

C’est à des quantités assez considérables que l’association des charbonniers d’Ebolowa écoule le produit à destination des autres régions du pays.

La carbonisation est un procédé qui consiste à transformer une substance organique tel que le bois en charbon, grâce à la chaleur. A Ebolowa, chef-lieu de la région du Sud, la production du charbon écologique, encore appelé charbon biologique ou charbon vert est réalisée dans des fours traditionnels améliorés ou dans des meules casamançaises. La technique vient d’être enseignée à une cinquantaine de charbonniers de la ville, avec comme facilitateur, l’agence régionale du Fonds national de l’emploi (FNE). Nantis de ces nouvelles connaissances, les charbonniers se sont aussitôt mis à l’œuvre. Et les résultats ne se sont pas fait attendre. Plus de 1,5 tonne de charbon écologique débarrassée de toutes substances toxiques est disponible sur le site de cinq-clous à Ebolowa, attendant d’être écoulé. Ce combustible fait peu à peu son chemin dans les habitudes des ménages de la capitale régionale du Sud, dans un contexte où beaucoup d’acteurs deviennent sensibles à la préservation de l’environnement. Ce charbon écologique s’écoule désormais comme de petits pains, à des prix locaux très abordables. Au détail, le sceau de 10 litres est livré à 500 F alors que celui de 15 litres est vendu à 1000 F. Pour la vente en gros, les prix des sacs de 50 kg oscillent entre 3000 et 5000 F dans le Sud. Lorsqu’il se retrouve à l’Extrême-nord du pays, ce même sac est vendu à un peu plus de 10 000 F. Le projet d’une association regroupant tous les charbonniers de la ville est en gestation. Son objectif : faciliter l’accès des membres aux outils de production qui coûtent encore chers. Une meule casamançaise par exemple, avec sa cheminée en fer s’acquiert à 75 000 ou100 000 F. Pour Alain Tieck, directeur de l’agence régionale FNE, l’activité est également une niche d’emplois à revenus réguliers, notamment au niveau du classement de bois dans les fours. Le chargement d’un camion qui coûte 45 000 F auprès des unités de transformation de bois, revient à 5000 F au profit du chargeur. Pour arroser le four, un récipient de 200 litres d’eau coûte 500 F. En lorgnant vers les métiers connexes, le chargement, est rémunéré à 100 F le sac de 50 à 100 kg et 50 F, la main d’œuvre pour sceller un sac. Ce charbon est propre, pas salissant. Il est supposé être pur et sans danger pouvant nuire à la santé de l’utilisateur. Il peut également être utilisé dans des milieux réduits, notamment à l’intérieur des maisons, sans risques. 

Partager cet article

Commentaires

    List is empty.

laisser un commentaire