loader

Startup week-end Bafoussam 1er: « Mbiang oil » remporte le premier prix

Lucie Carmen Djoken, promotrice de cette marque d’huile d’arachide, a terminé à la première place de la compétition de startuppers tenue du 12 au 14 juillet derniers. 

59 secondes pour convaincre. C’est le tout premier pallier à franchir pour aspirer à devenir « The Boss », autrement dit, le promoteur du meilleur projet de la compétition startup weekend. Du 12 au 14 juillet dernier, 59 promoteurs de projets se sont prêtés à cet exercice dans le cadre de « Start-up weekend Bafoussam 1er ». L’idée est qu’en moins d’une minute, le jeune entrepreneur développe le problème auquel son projet va apporter une solution, présente sa cible et ses potentiels clients, son avantage concurrentiel, l’impact du projet ainsi que ses besoins. A l’issue de cette première phase, 12 porteurs de projets ont été retenus. Lucie Carmen Djoken, promotrice de « Mbiang Oil » était déjà en tête de ce premier classement pour son projet d’huile d’arachide extraite à froid. S’en sont suivis, tout au long du week-end, des travaux d’équipe en ateliers. En tout, les participants se sont livrés à 54 heures de brainstorming au cours desquelles ils ont élaboré leur business model et esquissé des prototypes. L’après-midi de dimanche était consacrée aux présentations finales devant le jury présidé par Nino Njopkou, fondateur du site de e-commerce Kerawa. « Mbiang Oil » a à nouveau convaincu le jury et l’assistance, se hissant ainsi à la première place de la compétition. Au deuxième rang, la startup « All Safe Bounty » portée par Ulrich Monkam. Ce responsable de la sécurité des systèmes d’informations à l’Université de Dschang a élaboré la solution « Private Bug Bounty » qui permet aux entreprises de lutter contre le hacking de leurs plateformes numériques. 
A la troisième marche, la startup « Yanke Ecolo » primée pour son charbon écologique. Enfin, le jury a décerné le quatrième prix à la startup « E-Kamit Design » dont le projet consiste à recycler des déchets non biodégradables (pneus usés) en sandales. A ces entrepreneurs en herbe, le Dr. Christian Kouam, ingénieur de construction automobile qui a exercé une vingtaine d’années auprès du constructeur Volkswagen, a prodigué quelques conseils parmi lesquels la nécessité d’avoir confiance. « Il faut croire en toutes les possibilités. Il y a de la place pour tous ceux qui osent », a-t-il affirmé. Le concept startup weekend vise à apprendre comment 
entreprendre en 54 heures. Il commence un vendredi par les pitchs et s’achève un dimanche par la compétition entre équipes. C’est également l’occasion de rencontrer des investisseurs et sponsors prêts à aider le projet. 24 startups weekends ont déjà été organisés par l’Agence universitaire pour l’innovation (AUI) parmi lesquels l’édition de novembre 2018 à Yaoundé consacrée à l’intelligence artificielle et l’édition de juin 2019 à Ebolowa axée sur le développement durable. Startup weekend Bafoussam 1er est la toute première édition portée par une commune et fera l’objet d’une téléréalité sur l’entrepreneuriat intitulée « The Boss ».

Partager cet article

Commentaires

    List is empty.

laisser un commentaire