loader

Adamaoua: La mécanisation agricole avance

Lors de la visite du ministre de l’Agriculture et du Développement rural, Gabriel Mbaïrobe on a pu constater que de plus en plus d’agriculteurs utilisent des engins dans les champs. 

Pour préparer la terre, semer, arroser et récolter, on peut compter sur les machines agricoles. Dans la région de l’Adamaoua, le concept est bien intégré. La démonstration a été faite lors de la visite de travail du ministre de l’Agriculture et du Développement rural (Minader), Gabriel Mbaïrobe, dans plusieurs localités de la région de l’Adamaoua le mois dernier. Dans la commune de Ngaoundéré 3e, précisément dans la localité de Maï-Borno, la Société coopérative de production et de commercialisation de pommes de terre utilise des engins pour produire la pomme de terre. Idem dans la société Maïscam. Pour cultiver sur de larges espaces, l’homme seul ne peut en venir à bout. Il est nécessaire d’avoir à disposition des machines servant à ensemencer et à récolter le maïs, une céréale très consommée dans le Septentrion en général. Terre d’élevage, le climat de l’Adamaoua est également propice à l’agriculture. On y retrouve de tout : des tubercules, des céréales, des légumes, des fruits... Dans la commune de Meïganga par exemple, près de la moitié de la population, soit environ 124 000 personnes sont engagées dans les travaux champêtres. Une grande partie malheureusement n’a pas encore les moyens de se procurer ces engins pour accroître leurs rendements. Ces agriculteurs ont d’ailleurs profité du passage du Minader pour présenter leurs doléances composées outre la facilitation de l’accès à ces engins l’ouverture des pistes agricoles pour écouler leur production. Préoccupation majeure. A ces seigneurs de la terre, Gabriel Mbaïrobe a transmis le même message : « Comme l’a dit le chef de l’Etat, le travail de la terre ne trahit pas. Grâce à l’agriculture, vous pouvez avoir un logement décent, envoyer vos enfants à l’école et surtout améliorer vos conditions de vie ». Des mots qui ont trouvé l’approbation des agriculteurs qui sont de nouveau galvanisés pour améliorer leur production afin d’arriver à une autosuffisance alimentaire non seulement dans le Septentrion, mais aussi dans le Cameroun en général.

Partager cet article

Commentaires

    List is empty.

laisser un commentaire