loader

Cyberattaque mondiale: Sept pays africains touchés

Les premières victimes sont les pays qui abritent des multinationales. Au plan international, plus d

V endredi 12 mai, un programme de pi- ratage de données informatiques, appelé « rançongiciel », a perturbé plusieurs entreprises dans le monde en l’espace de 24 heures. A la date du 14 mai, le pointage fait état de 150 pays déjà touchés. Comment se fait le piratage? Apres avoir pris possession des données informatiques, grâce à une faille dans le système d’exploitation Windows de Microsoft, les pirates prélèvent une rançon auprès de leurs victimes à partir de 300 dollars, soit 180 000 F, à payer en bitcoin, une monnaie virtuelle intraçable inventée en 2007. Cette méthode de paiement est privilégiée parce qu’il est hors de contrôle des Le « rançongiciel », une menace planétaire. autorités bancaires ou gou- vernementales. Aussi est-elle acceptée par des milliers de commerçants légaux et utili- sée par les réseaux criminels. Plus de « 200 000 victimes, essentiellement des entreprises, dans au moins 150 pays », a affirmé dimanche, le directeur d’Europol, Rob Wainwrigth, dans un entretien accordé à la chaine britannique ITV. En Afrique, d’après les infor- mations et les chiffres com- pilés par le New York Times, sept pays en sont victimes : le Maroc, l’Egypte, l’Algérie, la Tunisie, le Sénégal, le Nigéria et l’Afrique du Sud. Si aucun pays n’est particulièrement visé, la méthode, elle, préoccupe les experts des systèmes de protection informatique. Du fait de la rapidité inédite de la propagation de ce virus, la combinaison pour la première fois des fonctions logicielles malveillantes avec des vers in- formatiques, les entreprises envisagent de nouvelles précau- tions. Bien que ce programme informatique de rançonnage baptisé WanaCrypt0r 2.0, ait été identifié par Microsoft, les pirates pourraient changer de mode opératoire, aidés en cela par l’appât du gain et les failles des systèmes informatiques.

Partager cet article

Commentaires

    List is empty.

laisser un commentaire

Autres articles à lire ...


Après les travaux préliminaires débutés e...


Le 30 octobre dernier à Yaoundé, les experts de la douane de l’Afrique centrale et de l’Ouest se sont séparés après deux jours d’échanges et de réflexions sur l’avenir de ce secteur névralgique, à l’aube de la création de la zone de libre-échange continentale africaine (ZLEC). L’élaboration des premiers contours du plan stratégique triennal 2019-2022 en vue de faciliter les échanges en est la principale résolution. L’option de la mutualisation des forces, à travers entre autres, l’harmonisation des régimes douaniers et la nu...


La Chambre de commerce, d’industrie, des mines et de l’artisanat du Cameroun (CCIMA) tire la sonnette d’alarme. Le chiffre d’affaires des promoteurs des PME de la place est en baisse selon une récente étude réalisée en mars et avril derniers, disponible sur son site Internet. Sur un échantillon de 241 PME, 44,59% des chefs d’entreprises consultés dans le cadre de l’enquête baromètre 2018 reconnaissent une baisse de chiffre d’affaires en 2017.

L’enquête révèle en outre que les artisans ont été les plus affectés (65%) du fait des condition...