loader

Agroalimentaire: 7 milliards de F pour les entreprises du secteur

Il s’agit d’un financement de l’Agence française de développement (AFD) pour une durée de trois ans, orienté vers le développement et la mise à niveau de ces unités de production agricole. 

La plupart des entreprises opérant dans le secteur de l’agroalimentaire au Cameroun ne le savent certainement pas. Un financement d’environ 7 milliards de F leur est alloué depuis novembre 2017 par l’Agence française de développement (AFD), dans le cadre du 3e Contrat de désendettement développement (C2D). Il s’agit du Programme d’industrialisation et de valo
risation des produits agricoles (PIVPA). Etalé sur une période de trois ans (2017-2019), ledit programme est mis en œuvre par le Bureau de mise à niveau des entreprises (BMN). Lors d’une rencontre de sensibilisation animée par le directeur général du BMN, Chantal Elombat Mbedey, le 11 avril dernier à Yaoundé, les entrepreneurs opérant essentiellement dans le secteur de l’agro-alimentaire ont été encouragés à saisir cette perche. Le PIVPA finance l’ap
pui, le développement, la mise à niveau et la restructuration des entreprises.   « Le bailleur a porté son choix sur ce secteur représentatif car au Cameroun, 80% de la population se livre à l’agriculture. Donc, les premiers produits à être transformés sont également les produits de l’agriculture », a expliqué Chantal Elombat Mbedey. Qu’à cela ne tienne, le BMN négocie avec l’AFD pour que, lors du deuxième triennat, ces financements s’étendent à tous les secteurs faisant partie de son cadre d’intervention : textile et confection, bois, tourisme, chimie, cuir et chaussures, métallurgie, sidérurgie, mécanique, électricité et dérivés, BTP et services liés à l’entreprise. A peu près 500 entreprises sont concernées par le PIVPA, avec un accent sur les régions du Nord, de l’Extrême-Nord, de l’Est et du Nord-Ouest. Les activités du BMN sont orientées vers le renforcement de la compétitivité des entreprises du secteur privé agroalimentaire inscrites dans leur portefeuille. Elles portent sur la révision de la structure organisationnelle, la gestion des ressources humaines, l’amélioration du système comptable et financier, le conseil sur les bonnes pratiques d’hygiène et/ ou de fabrication, la réduction de la consommation d’énergie, la sécurité des denrées alimentaires, la gestion de la production et l’amélioration du volet marketing et vente. 

Partager cet article

Commentaires

    List is empty.

laisser un commentaire