loader

Filets sociaux, réforme du système éducatif: La Banque mondiale débloque 100 milliards de F

Le Cameroun vient de bénéficier d’un financement de 190 millions de dollars, soit environ 100,7 milliards de F de la Banque mondiale pour la réforme de son système éducatif et la lutte contre la pauvreté chronique. S’agissant du volet éducation, les ressources vont servir au financement des actions visant à faciliter un accès équitable à une éducation de base de qualité. D’après le communiqué publié par le ministère de l’Economie, de la Planification et de l’Aménagement du territoire, un accent particulier sera mis sur les zones défavorisées. L’argent obtenu de la Banque mondiale pour le projet d’appui à la réforme de l’éducation servira aussi au recrutement de 12 000 enseignants contractuels dans le cycle primaire. Par ailleurs, la distribution gratuite des manuels scolaires aux élèves du primaire et l’introduction du financement basé sur la performance dans la gestion 
des écoles primaires au Cameroun sera possible grâce à ce concours financier.    

Le second secteur bénéficiaire est le social. Notamment le projet filets sociaux en cours d’exécution. L’objectif est d’appuyer la mise en place d’un système élémentaire de filets sociaux comprenant des programmes pilotes de transferts monétaires et des travaux publics à Haute intensité de main d’œuvre (HIMO) destinés aux personnes les plus pauvres et les plus vulnérables identifiées dans certaines régions du pays. Avec ces financements additionnels, le Cameroun pourra étendre la portée géographique de ce projet aux communes impactées par l’afflux des réfugiés. Selon les chiffres du Minepat, ils sont près de 372 542 au Cameroun actuellement. De même que les déplacés internes des régions affectées par les crises sécuritaires. Concrètement, les fonds reçus de la Banque mondiale pour ce projet vont permettre d’accroître la productivité de 42 000 nouveaux ménages de réfugiés et communautés hôtes à travers des transferts monétaires. Ils financeront aussi l’accès aux travaux HIMO pour 23 000 personnes dont 8 500 réfugiés. L’octroi de ces financements a été matérialisé par la signature le 9 avril dernier à Washington DC, de quatre accords entre Alamine Ousmane Mey, ministre de l’Economie, de la Planification et de l’Aménagement du territoire et Elisabeth Huybens, directrice des opérations de la Banque mondiale au Cameroun. « Il s’agit de deux types de financement qui rendent les concours de la Banque mondiale concessionnels, donc appropriés pour notre économie dans cette période de réformes économiques et financières », a indiqué le Minepat. C’était en marge des réunions de printemps 2019 du Fonds monétaire international (FMI) et du Groupe de la Banque mondiale tenues du 8 au 14 avril. La délégation camerounaise à ces assises avait également à sa tête, le ministre des Finances, Louis Paul Motaze.
 

Partager cet article

Commentaires

    List is empty.

laisser un commentaire