loader

rareté des pièces de monnaie: La BEAC va interdire leur usage dans les salles de jeux

Le gouvernement de la Banque centrale vient de recevoir le quitus de son conseil pour entamer des démarches dans ce sens. 

Enfin des actions concrètes pour adresser une situation qui paralyse les transactions économiques depuis de longs mois dans la zone CEMAC en général et au Cameroun en particulier. La rareté des pièces de monnaie. Le sujet était à l’ordre du jour du conseil d’administration de la Banque des Etats de l’Afrique centrale (BEAC) tenu le 1er avril dernier à Douala et du Comité ministériel de l’Union monétaire de l’Afrique centrale (UMAC) le jour d’après, dans la même ville. « Pour prémunir la sous-région 
contre les risques de pénurie des pièces de monnaie, le Conseil a autorisé le gouvernement de la Banque, d’une part, à entre
prendre des démarches auprès des Etats de la CEMAC, en vue d’interdire l’usage des pièces de monnaie dans les salles de 
jeux et, d’autre part, à définir un plan pluriannuel de mise à disposition des pièces au profit des populations », indique le communiqué de presse publié à l’issue des travaux. Une décision qui laisse déduire que le phénomène de rareté des pièces de monnaie constaté au quotidien dans les transactions économiques serait en partie causé par l’existence de ces salles de jeux où ces signes monétaires sont utilisés. Outre cette préoccupation, le Comité ministériel de l’UMAC a également statué sur les méthodes de calcul de la circulation fiduciaire des Etats de la CEMAC. A ce titre, il a été décidé de la suppression du tri des billets BEAC par Etat. Le gouvernement de la Banque centrale doit maintenant entreprendre les travaux nécessaires à la mise en œuvre de la nouvelle méthodologie de détermination de la circulation fiduciaire des Etats de la CEMAC, dans les conditions préservant la fiabilité des statistiques au niveau de la balance des paiements. Le budget de la Commission de surveillance du marché financier de l’Afrique centrale (Cosumaf) a été revu à la hausse pour cette année 2019. Une décision certainement en lien avec la fusion des deux régulateurs. En effet, depuis le 31 mars dernier, la Commission des marchés financiers du Cameroun (CMF) qui officiait comme régulateur du marché financier du Cameroun a fermé officiellement ses portes au profit de la Cosumaf, désormais unique gendarme du futur marché financier régional qui se met en place dans la CEMAC. Les ressources additionnelles vont permettre de prendre en charge certains effectifs de l’ex-CMF en service à Libreville (Gabon) depuis le mois dernier. Jonas Mbai-Assem a été nommé commissaire titulaire à la Cosumaf par le Comité ministériel.
 

Partager cet article

Commentaires

    List is empty.

laisser un commentaire