loader

Ouest: Une route pour désenclaver six arrondissements

Ce projet du ministère des Travaux publics contribue depuis 2018 à fluidifier la circulation entre plusieurs zones de production agricoles. 

Le rêve de Jeanne Massoudom de commercialiser ses tomates, pommes de terre et haricots, sans cheminer sur une dizaine de kilomètres est en train de se réaliser. La zone marécageuse de Messang où se trouve le champ de cette dernière est maintenant traversée par une route communale. Un linéaire de 18 km qui sépare de part et d’autres les arrondissements de Pouomegne (Bandjoun) et de Bamendjou, pour déboucher à Penka-michel, traversant au passage les chefferies de Bameka, Bahouan et Bangam. Dans le cadre de la décentralisation, le ministère des Travaux publics (Mintp) a transféré la réalisation de cet ouvrage à la commune de Bamendjou qui assure le rôle de maître d’ouvrage. Un projet d’intercommunalité qui touche les municipalités de Bamendjou, Baham, Pete-Bandjoun, Penka-michel, Batié, et Bangou. 
Ce tronçon déjà finalisé, fait partie du projet de réfection et de réhabilitation de certaines routes communales du département des Hauts-plateaux, d’une longueur de 104,70 km, financé à hauteur de 400 millions (409 716 889) de F TTC, par le Fonds routier. Sur ce chantier, les tâches réalisées ont consisté selon le maître d’ouvrage, à la déforestation, le dégagement, l’élargissement de la chaussée, la mise en forme, la couche de roulement, le remblai partiel, la pose de passage des buses métalliques, la construction des têtes de puisards, le reprofilage, le compactage, et le rechargement des endroits nécessaires. Ces routes permettent aux producteurs agropastoraux, de choisir les agglomérations où ils souhaitent vendre leurs récoltes. « En dépensant moins pour le transport, nous vendons à bon prix sur les différents marchés», certifie Jeanne Massoudoum. Ce chantier vient se greffer à bien d’autres qui changent déjà le paysage de la mairie de Bamendjou. « Dans notre commune, nous avons des chantiers routiers qui vont nous permettre d’avoir d’ici quelques mois, un linéaire d’environ 150 km de routes, réalisées sous différentes sources de financement pour faciliter la circulation dans les quartiers, les villages et aller aisément jusqu’aux arrondissements voisins », précise le maire René Kamdoum. En 2018, sur le plan national, une enveloppe de 8,4 milliards de F a été consacrée pour l’entretien de 1771,20 km de routes communales. Sur les 68 communes identifiées, 19 maires devaient assumer le rôle d’ordonnateurs pour la gestion de ces projets intercommunaux.  Les routes choisies doivent répondre à une certaine cohérence, pour faciliter le déplacement des bassins de productions vers les agglomérations et la liaison entre les routes communales et nationales.
 

Partager cet article

Commentaires

    List is empty.

laisser un commentaire