loader

Royal Chocolate: Du chocolat noir à base des graines de moringa

Fait à base du cacao et de graines de moringa, ses promoteurs ont misé sur le terroir pour toucher un large public de consommateurs.

Une fille et deux garçons dont la moyenne d’âge est 25 ans se sont lancés il y a bientôt deux ans dans une aventure qui, selon les premières intentions, « était de vendre des saveurs d’ici et d’ailleurs dans un coffret de chocolat made in Cameroon ». Leur crédo : « utiliser les ressources locales pour servir une expérience gustative singulière ». Le chef de file, Christian Djoumessi Donfack, rappelle comment l’idée est née. « Nous avons pensé à un nom de marque, Royal Chocolate, avant de construire le projet tout autour. Pour nous, vendre un produit du terroir était une nécessité de premier plan. Car, les grandes firmes de l’agroalimentaire, de nos jours, misent sur des produits bio pour maintenir leur activité », précise le CEO de Royal Chocolate. Mais, personne dans la bande des trois promoteurs n’est issu du Sahel où sont produites les graines de moringa. Aucun des promoteurs n’est de la famille de cacaoculteurs. « Les premières sensations des consommateurs sont teintées de curiosité à l’idée de découvrir un produit aux ingrédients divers, composés de 80% de cacao, de 5% de moringa et de 15% de sucre », selon ses promoteurs. « Le chocolat noir au moringa dispose de propriétés anti vieillissement. Il est riche en antioxydants, prévient les maladies cardiovasculaires, déstresse et booste le métabolisme », souligne Christian. Titulaire d’une licence en biologie animale et en biochimie obtenue à l’université de Buéa, le jeune patron, lorsqu’il achète ses premières machines en mars 2017, fait face au problème de la disponibilité de la matière première en temps et en heure. « Notre choix était porté sur de nombreuses spéculations. Mais, au final, c’est le moringa qui nous a paru évident pour composer avec le cacao d’Obala, ayant une saveur particulière », ajoute-t-il. Chemin faisant, le packaging, la distribution et le positionnement de la marque ont conduit à peaufiner la meilleure stratégie pour intéresser les grandes surfaces d’espace à leur consacrer un peu de place dans leurs rayons. Deux ans après, le produit phare est invisible sur le marché. Pour autant, le trio ne s’est pas contenté des premières impressions encourageantes. Pour ne pas s’arrêter en chemin en si bon, Christian Djoumessi Donfack, complète son CV par une formation en entrepreneuriat au Panafrican Institute of Development dans la ville universitaire de Buea. Son nouveau créneau : le chocolat sans sucre. « Beaucoup de personnes ne savent pas que le meilleur chocolat, bon pour la santé n’est bien que lorsqu’il est fabriqué sans sucre. J’aimerais poursuivre mon aventure afin de proposer aux consommateurs des produits au goût relevé avec en perspective le soin de protéger la santé de mes clients ».

 

Partager cet article

Commentaires

    List is empty.

laisser un commentaire