loader

Bandjoun: Plus de 300 motos taximen se mettent en règle

C’est grâce à un financement de 5,1 millions de F récemment octroyé par le député Albert Kouinche.

Exercer l’activité de moto taximen selon les lois en vigueur au Cameroun. C’est l’optique prise de commun accord entre les moto-taximen de Bandjoun et la préfecture du département du Koung-Khi. Pour cette régularisation, les moto-taximen devaient tous disposer d’un permis de conduire. Ils ont sollicité et obtenu du député Albert Kouinché, des facilités pour se former à l’auto-école. C’est le 8 février dernier que l’élu du peuple a offert la somme de 5,1 millions de F pour le lancement de cette opération. Un montant qui va faciliter la formation et le payement des frais d’examens de passage du permis de conduire catégorie « A », à l’ensemble des moto-taximen recensés à Bandjoun. Le préfet Antoinette Zongo Nyambone du département du Koung-khi précise que cette formation à la maîtrise du code de la route est vitale « pour sauver des vies puisqu’il ne se passe pas de semaine sans qu’on enregistre des morts de suites d’accidents de motos à Bandjoun ». En plus des remerciements, les bénéficiaires ont aussi sollicité des facilités pour s’acquitter des frais d’assurances et acquérir des casques. Le député Albert Kouinché a promis satisfaire au plus tôt cette autre doléance. Le donateur a négocié un pacte de bonne conduite avec les moto-taximen. Il s’est engagé à contribuer à la résolution des difficultés auxquelles sont confrontés les moto-taximen dans l’exercice de leur métier. En contrepartie, les transporteurs urbains par moto de Bandjoun, doivent se démarquer par leur « exemplarité, leur courtoisie, leur propreté et se départir des pratiques illégales pour se concentrer sur l’exercice de leur noble métier ». Albert Kouinché qui est aussi le président de la section Rdpc Koung-khi Sud, a demandé aux motos taximen, de briller par leur qualité de citoyens en allant s’inscrire massivement sur les listes électorales, pour exercer pleinement leur droit de vote le moment venu. Satisfaite de voir ce corps de métier se régulariser à Bandjoun, le préfet Antoinette Zongo a rappelé aux transporteurs urbains par moto qu’ils doivent désormais toiletter leur organisation associative en « contribuer à l’extirpation dans leurs rangs des brigands qui se cachent sous la fausse casquette de moto taximen pour commettre des forfaits et jeter l’opprobre au sein de votre noble profession ». La mairie a promis y contribuer en remettant aux moto-taximen en règle, des chasubles identifiables.

Partager cet article

Commentaires

    List is empty.

laisser un commentaire