loader

SACIR: Une stratégie pour accompagner les communes

Le Parc national de matériel de génie civil, créé en en 1967, nourrit désormais l’ambition d’entretenir les routes dans 133 communes du pays. 

Le directeur général du Matgénie, Désiré Abogo Ntang, parle de la nouvelle approche de travail avec les communes dans le secteur de l’entretien routier, comme la révolution à ne pas louper. La formule est bien ciselée sous l’acronyme de la SACIR qui signifie Stratégie d’accompagnement des communes dans leurs initiatives routières. Dans la volonté d’accompagner les communes, le Parc national de matériel de génie civil a signé des conventions de partenariat avec 133 communes, depuis 2014. Le top management actuel s’attèle à mettre en route cette nouvelle approche et à y apporter des corrections appropriées au fur et à mesure. « C’est pour corriger les insuffisances observées et tenir compte du nouvel objet social du Matgénie qu’a été élaborée la SACIR », précise le directeur général du Matgénie.  L’offre du Matgénie, à savoir la Sacir, est à la portée des communes. La formule est basée sur la création des brigades mobiles d’entretien routier. Selon les détails, chaque brigade est affectée à une zone géographique donnée et sur  la base d’un calendrier arrêté et publié, elle parcourt la zone délimitée, commune après commune, pour l’exécution des travaux routiers, préalablement identifiés par les maires concernés sur la base des financements disponibles. Cette  offre englobe principalement l’assistance technique, l’exécution des travaux routiers et la mise à disposition du matériel du génie civil. Pour les communes concernées, la SACIR présente donc plusieurs avantages, parmi  lesquels la réduction, voire l’élimination des coûts de transfert de matériel aller et retour entre la commune et le siège du Matgénie, basé à Yaoundé. La Sacir présente aussi l’avantage de réunir en un lieu et en une fois tout ce dont on peut avoir besoin pour les travaux routiers. L’initiative est très appréciée par les maires. « Mais, on ne peut pas dire que la mayonnaise a totalement pris pour la simple raison que si toutes les communes du pays nous sollicitent à la fois, on n’aura pas les moyens de les satisfaire toutes. C’est pourquoi nous travaillons pour le moment avec des communes des régions de l’Extrême-Nord, du Centre, du Littoral et de l’Est. Nous restons disponibles, mais ne pouvons pas travailler partout à la fois », explique Désiré Abogo Ntang. Avant de conclure qu’avec « la Sacir, c’est la contribution du Matgénie à l’amélioration de nos routes et par conséquent des conditions de vie des populations ». 

Partager cet article

Commentaires

    List is empty.

laisser un commentaire