loader

CDC: 2019 sous le signe de la relance

Face aux problèmes actuels de liquidités dus à l’insécurité dans les régions du Nord-Ouest et du Sud-Ouest, le management de la Cameroon Development Corporation devra faire preuve de discipline dans la gestion des ressources mises à sa disposition.

La direction générale de la Cameroon Development Corporation (CDC) conduite par Franklin Ngoni Njie, devra faire preuve de rigueur dans la gestion des fonds qui seront mis à la disposition de la société cette année. C’est une prescription ferme du conseil d’administration de l’entreprise tenue fin décembre dernier à Bota-Limbé, siège social, dans la région du Sud-Ouest. C’est que, l’environnement actuel dans lequel évolue la société ne laisse pas d’autres choix que cette discipline managériale dans une société faisant face à des problèmes de liquidités engendrés par l’insurrection dans les régions du Nord-Ouest et du Sud-Ouest. Raison pour laquelle le projet de budget (évalué à 93,672 milliards de  F) de la société, présenté au cours dudit conseil a été élaboré sur la base de quatre axes principaux. Le premier axe est la reconstruction de la capacité de production de la société qui a vu plusieurs de ses infrastructures vandalisées par les séparatistes. Plantations, bureaux et unités de transfor mation ont été pillé, entraînant la fermeture et la cessation d’activités dans certains. Les pertes financières découlant de cet état de faits ont empêché le paiement des salaires. La sécurité va être renforcée dans les unités de production et de transformation de la CDC pour assurer la continuité de la chaîne de production de la  société. Le deuxième axe du projet de budget de la CDC porte sur le règlement des engagements reportés. Le budget de fonctionnement et d’investissement constituent les deux autres axes du budget de l’entreprise. Sur la table des administrateurs de la CDC, outre le projet de budget, l’impact de la situation socio-politique dans les régions du Nord-Ouest et du Sud-Ouest sur les activités de la société et rapport d’activité 2018 présentés par Benjamin Mutanga Itoe, président du conseil d’administration. Le directeur général est quant à lui revenu sur les questions foncières. Il ressort de l’examen et de l’analyse globale faite par les administrateurs, que les énormes pertes financières résultant de l’insécurité dans ces deux régions du pays pèsent négativement sur le fonctionnement du géant  agro-industriel. La CDC emploie plus de 20 000 personnes. « Plus de 93% de ces employés dont l’emploi et la masse salariale mensuelle qui s’élève à plus de deux milliards de F, sont aujourd’hui menacés à cause de la violence et de l’insécurité actuelle, sont les anglophones, en fait, des originaires des régions du Sud-Ouest et du Nord-Ouest », souligne le communiqué publié par la société. En dépit du contexte peu favorable qui prévaut, tout est fait pour assurer à tout prix, la survie de la CDC et préserver ses emplois. L’octroi des subventions financières, le processus de restructuration institutionnelle mis en place et déjà opérationnel devraient permettre à la CDC de demeurer une structure économiquement viable et qui garde son énorme potentiel de production. 

Partager cet article

Commentaires

    List is empty.

laisser un commentaire