loader

MINMIDT: Les dossiers prioritaires de Gabriel Dodo Ndoke

Le Plan directeur d’industrialisation et le développement des technopoles agro-industrielles comptent parmi les urgences à adresser pour l’émergence du Cameroun à l’horizon 2035. 

 Au lendemain de son installation, le nouveau ministre des Mines, de l’Industrie et du Développement technologique, Gabriel Dodo Ndoke (48 ans) doit s’attaquer prioritairement à l’opérationnalisation du Plan directeur d’industrialisation (PDI) du Cameroun. Lors de son message au peuple camerounais le 31 décembre dernier, le président de la République, Paul Biya, a d’ailleurs précisé qu’« il conviendra de l’appliquer (ledit plan ; Ndlr) en priorité à la transformation de nos ma tières premières agricoles afin de gagner en valeur ajoutée et de réduire nos importations de biens et services ». A travers cette boussole, le Cameroun ambitionne d’être un pays émergent à l’horizon 2035 et de devenir l’usine de l’Afrique à l’horizon 2050. Les trois sanctuaires d’industrialisation définis dans le PDI, à savoir l’agro-industrie, l’énergie et le numérique, seront au cœur des priorités de Gabriel Dodo Ndoke. Au niveau de l’agro-industrie, il devra relever le défi de la croissance démographique et de la sécurité alimentaire, à travers le développement des  technopoles agro-industrielles. A travers ces technopoles, le MINMIDT a la lourde mission de rendre explicite, visible et palpable le concept d’agriculture de seconde génération. Quant au volet énergie, son département ministériel a un rôle important à jouer dans l’amélioration de l’offre en énergie. Actuellement, la capacité installée de l’énergie électrique est de 1 442 mégawatts selon les chiffres officiels. Tandis que les besoins en capacité supplémentaire sont estimés entre 800 et 1 000 mégawatts à l’horizon 2020.  Le nouveau chef de département devra également intensi fier la vulgarisation de la base de données des 360 projets industriels visant à transformer localement les matières premières du territoire. Il y a entre autres le projet de construction de quatre unités de fabrication de produits pharmaceutiques (paracétamol, ibuprofène, antipaludiques…), de quatre chaînes modernes de production de chaussures, de 10 unités de production de produits laitiers, de 10 unités de transformation de céréales et de 15 unités de production du cuir.

Partager cet article

Commentaires

    List is empty.

laisser un commentaire