loader

Tourisme: Rhumsiki revit en toute sécurité

Les monts pittoresques de renommée internationale, un moment déserts à cause de l’insécurité dans la région de l’Extrême-Nord, accueillent de nouveau des visiteurs passionnés de beaux paysages. 

Rhumsiki : « village pittoresque », peuton tout simplement dire. Après sept années marquées par sa faible fréquentation, Rhumsiki reprend vie. Pour le constater, la visite fin décembre 2018, de trente touristes constitués de journalistes et de promoteurs du secteur du tourisme et de l’hôtellerie. Une présence qui a fait battre le cœur des habitants de cette localité, visiblement impatients de revoir du monde. D’où l’accueil spontané qu’ils 
ont manifesté à l’endroit des visiteurs. Non sans s’empresser de leur proposer des objets d’art fabriqués localement. Situé presaue à la frontière avec le Nigeria, Rhumsiki est un village au cœur du pays Kapsiki dans les monts Mandara. C’est un haut plateau où se dressent à perte de vue d’immenses pics de laves provenant de cheminées de volcans qui font saillie à la surface du sol. La plus célèbre de ces aiguilles rocheuses est le pic de Rhumsiki, aussi appelé l’aiguille de « Mchirgué » qui culmine à 1 224 m. C’est le haut lieu duquel l’on peut admirer à 
l’entrée du village, tout le charme et le pittoresque de ce que dame nature a offerte à ce petit coin de paradis. Ce paysage lunaire unique en son genre fait de cette contrée, l’un des hauts lieux du tourisme camerounais. C’est, de l’avis des responsables de la délégation régionale du Tourisme et des Loisirs (Mintoul) pour l’Extrême-Nord, l’une des grandes curiosités touristiques du pays. Jusqu’à ce jour, cette localité de la région de l’Extrême-Nord n’a jamais été la cible des attaques de la secte Boko Haram, témoigne le chef traditionnel, sa majesté Deli 
Gadja. « Nous sommes des victimes innocentes et collatérales de l’insécurité engendrée par Boko Haram dans toute la région de l’Extrême-Nord. Nos villages n’ont jamais été attaqués par les combattants de la secte, malheureusement, nous payons le lourd tribut avec l’arrêt de l’activité touristique qui porte un coup à nos différentes activités économiques », fait-il observer. A ce jour, vu le calme qui est de retour dans la région, sa majesté Deli Gadja encourage les touristes à revenir. Le « sorcier aux crabes » Sans doute, c’est l’autre 
grande curiosité et attraction touristique de Rhumsiki ; le célèbre « sorcier aux crabes ». Selon Joseph Vandi, guide et interprète, Seyni, le sorcier aux crabes est un forgeron âgé de 76 ans qui prédit l’avenir en utilisant des crabes. Le visiteur intéressé doit débourser 1000 F pour chaque consultation. Les clients, les habitants de Rhumsiki, mais aussi de plusieurs villages voisins, viennent le trouver en général tôt le matin, pour savoir,  par exemple, si les récoltes seront bonnes, si un mariage sera réussi, si un proche se remettra d’une maladie, etc. 

Partager cet article

Commentaires

    List is empty.

laisser un commentaire