loader

Transport de l'électricité: la Sonatrel entre officiellement en service

La société créée en octobre 2015 par décret du chef de l’Etat est depuis le 1er janvier dernier, le nouveau gestionnaire de ce réseau, suite à la fin du contrat qui liait l’Etat à Eneo Cameroon.

Depuis le 31 décembre 2018, le contrat de concession de transport et de gestion du réseau de transport de l’électricité qui liait l’Etat du  Cameroun à Eneo Cameroon SA a pris fin. La filiale du fonds d’investissement britannique Actis conserve les segments production et distribution et cède celui du transport à la Société nationale de transport de l’électricité. La Sonatrel,  créée par décret du chef de l’Etat le 8 octobre 2015 avec à sa tête Victor Mbemi Nyaknga (nommé en février 2016) est donc depuis le 1er janvier 2019, le nouveau gestionnaire du réseau de transport de l’énergie électrique du pays. Pour rem plir ses missions, la Sonatrel a récemment accueilli dans ses effectifs, 230 personnels, des ex-agents de la direction du transport d’Eneo Cameroon. Un transfert conclu par des contrats de travail signés il y a peu entre les deux entreprises, fruits de l’aboutissement de deux ans de discussions auxquelles ont pris part la Banque mondiale et le ministère de l’Eau et de l’Energie. Dans le secteur de l’énergie électrique, les missions assignées à la Sonatrel portent sur l’exploitation, la maintenance et le développement des réseaux publics de transport de l’électricité. Concrètement, pour en finir avec le rationnement électrique, la société va notamment gérer les flux d’énergie électrique transitant par le réseau pu blic de transport en tenant compte des échanges dans le système interconnecté national et international. En novembre 2017, la Sonatrel a signé avec la Banque mondiale un accord de financement pour la construction à l’horizon 2022 de lignes de transport dans les régions du Centre, de l’Est, du Littoral et de l’Ouest. C’est parmi les actions à mener pour améliorer l’efficacité et la fiabilité du réseau public de transport. Dans le cadre de la préparation de son opérationnalisation, la société a arrêté ,parmi ses premiers objectifs, de construire des postes de transformation. Un objectif qui rentre lui-même dans l’amélioration du transport d’énergie, pour lequel un investissement de 850 milliards de F est nécessaire.

Partager cet article

Commentaires

    List is empty.

laisser un commentaire