loader

Internet: Le taux d’accès en zones rurales est de 1,4%

En zones rurales, le taux d’accès à Internet à domicile est plus que dérisoire, soit 1,4% seulement. Un léger mieux en zones urbaines avec 12,3% de taux d’accès à Internet à domicile au Cameroun. De l’avis des experts du secteur des télécommunications et TIC, ce secteur reste en deçà de son plein potentiel en termes de contribution à l’emploi et à la croissance économique. Ceci, malgré une croissance rapide du marché de la téléphonie mobile, qui a généré des contributions budgétaires à l’Etat. Au vu de ces éléments, la vulgarisation, la diffusion, l’adoption et l’appropriation des TIC au Cameroun restent insuffisantes. Avec l’évolution sans cesse croissante de ces technologies, tous les secteurs d’activités ont été amenés à adopter des mesures leurs permettant de s’arrimer à ce nouvel environnement. Dans cette optique, le Cameroun, à travers le ministère des Postes et Télécommunications (Minpostel), a arrêté en 2016 son plan stratégique de développement de l’économie  numérique. Ce plan fixe des objectifs très ambitieux pour 2020 tels que doubler la contribution fiscale du secteur. Le plan reconnaît aussi le besoin urgent de réformes importantes pour promouvoir le secteur des TIC, en tant que fondement essentiel d’un développement économique et social plus large. Ce plan identifie aussi les changements prioritaires  (en terme de structure de marché, de régulation et de capacité des institutions), pour conduire et mettre en œuvre cette vision, y compris la libéralisation d’au moins certains marchés clé et la stimulation de la concurrence. C’est donc dans le cadre de la mise en œuvre de sa stratégie de développement de l’économie numérique que le Minpostel a sollicité la Banque mondiale pour accompagner le régulateur, l’ART, dans le renforcement de ses capacités, afin d’assurer une meilleure régulation du marché et mettre en œuvre certaines actions prioritaires devant garantir le cadre de confiance des citoyens camerounais dans le numérique. Un atelier vient d’ailleurs de se tenir du 3 au 7 décembre dernier à Ebolowa, dans la région du Sud. Celui-ci a posé les jalons d’un projet de réforme du secteur des télécommunications et TIC au Cameroun. Il s’est agi, au cours des travaux, d’examiner et de valider des termes de référence des activités du projet de réforme du secteur des télécommunications et TIC. Un pas décisif dans le processus de mise en œuvre de ce projet. 

Partager cet article

Commentaires

    List is empty.

laisser un commentaire