loader

Système bancaire de la CEMAC: La BEAC apporte un concours de plus de 500 milliards de F

Plus de la moitié de ces financements ont profité aux établissements de crédit de la zone grâce à l’opération principale d’injection de liquidités, en vigueur depuis juin dernier. 

La Banque des Etats de l’Afrique centrale (BEAC) vient de publier les éléments sur la liquidité du système bancaire de la CEMAC au 3 décembre 2018. Rendu à cette date, le concours total de la Banque centrale au système bancaire de la sous-région (52 établissements de crédit en activité au 31 décembre 2017), se chiffre à 501,524 milliards de F. Plus de la moitié (52%) de cette somme, soit 265 milliards de F, a été apporté aux banques grâce à l’opération principale d’injection de liquidités à fréquence hebdomadaire. Elle fait partie des récents instruments d’intervention monétaire de la BEAC. En effet, depuis le 11 juin 2018, date d’entrée en vigueur du nouveau cadre de conduite de la politique monétaire, cette opération se fait dorénavant par appel d’offres régional à taux multiples, avec un taux « minimum » qui est le principal taux directeur de la Banque centrale fixé à 3,50%. La nouvelle stratégie de politique monétaire de la Banque centrale consiste à piloter le taux  interbancaire de référence, c’est à-dire le taux d’intérêt pratiqué sur les prêts et emprunts de liquidité à court terme entre banques autour de son taux directeur et à l’intérieur d’un corridor. Ce corridor est constitué par le taux de la facilité de prêt marginal (5,25%) utilisé comme taux plafond et le taux de la facilité de dépôt (0,00%) servant de taux plancher. C’est ce qui se passe avec les interventions hebdomadaires de la BEAC. Avec cette stratégie de pilotage des  taux, une concurrence est instaurée entre les établissements de crédit pour la liquidité de la Banque centrale. Pour l’institut d’émission, l’idée est de laisser émerger l’expression du marché. Un élément indispensable selon la BEAC, pour disposer d’un taux interbancaire de référence significatif qui traduit le coût réel de la liquidité. A l’issue de chaque appel d’offres au titre de l’opération principale d’injection de liquidités, les banques qui ne sont pas  satisfaites en totalité ont la possibilité, pour combler leur besoin en ressources, de recourir à la facilité de prêt marginal. Via cet autre instrument, la BEAC a apporté au système bancaire un concours de 190,2 milliards de F au 3 décembre dernier. Cela représente près de 38% du concours total de la BEAC au système bancaire dans la période sous-revue. Dans la pratique, la facilité de prêt marginal étant le plus onéreux, le dispositif a été conçu de manière à ce qu’il  ne soit sollicité par les banques qu’en dernier lieu. La Banque centrale souhaitant inciter les établissements de crédit à recourir d’abord au compartiment interbancaire lorsqu’elles ont besoin de ressources supplémentaires. Via ses autres instruments d’intervention à savoir le refinancement sur le guichet spécial de refinancement et l’apport de liquidité d’urgence (ALU), les banques de la CEMAC ont pu obtenir 46,324 milliards de F de la BEAC. 

Partager cet article

Commentaires

    List is empty.

laisser un commentaire