loader

Industrie: On réfléchit sur la filière coton-textile

La ville de Kribi vient d’abriter la première édition du Forum international sur le coton-textile et accessoires où des solutions ont été trouvées pour relancer la filière.
Pendant une semaine, plusieurs acteurs de la filière coton-textile-confection-cuir ont exposé leur savoir-faire à Kribi. C’était dans le cadre de la première édition du Forum international sur le coton-textile et accessoires (FICOTA). Il était donc question pour l’organisateur et ses partenaires, de faire un état des lieux de la filière. Aussi, le forum a permis d’explorer toutes les opportunités que la filière coton-textile offre en Afrique et dans le monde. Pas moins de 10 pays ont pris part à ce grand rendez-vous dont la cérémonie d’ouverture était  présidée par le secrétaire général du ministère de l’Industrie, des Mines et du Développement technologique, Fru Jonathan. La filière coton-textile-confection représente un segment important du tissu industriel camerounais. Cependant, d’après Fru Jonathan, son  développement fait face à de nombreuses contraintes qui entravent et pénalisent l’essor harmonieux des activités qui la composent. La rencontre de Kribi a donc été une occasion pour trouver des voies et moyens pour résoudre les problèmes du secteur. Le taux de transformation locale est inférieur à 3% alors qu’il atteignait 15% au début des années 1980. Avec l’appui du gouvernement, il faut augmenter la production cotonnière nationale au seuil de 600 000 tonnes par an à l’horizon 2035. Une solution viendra aussi de l’intégration de la transformation industrielle de la fibre locale pour atteindre un taux maximum de 50% à l’horizon 2035. Mary Concilia Anchang,  l’organisatrice de l’évènement, souhaite que les grands corps de l’Etat et les entreprises locales soient fournis en tenues et équipements vestimentaires incorporant au moins 60% du coton camerounais. La première édition du FICOTA a constitué une plateforme où le secteur privé, les partenaires au développement, les organismes internationaux et la société civile vont jouer un rôle important dans l’opérationnalisation de la politique industrielle. « C’est une grande réussite pour nous. Les premiers fruits tomberont bientôt », fait savoir Mary Concilia Anchang. Pour une première édition, l’organisation a donc cueilli des roses.

Partager cet article

Commentaires

    List is empty.

laisser un commentaire