loader

Huile de palme durable: Le Cameroun veut proteger la biodiversité

Le plan d’action défini le mois dernier met un accent sur la protection des petits producteurs et la préservation des ressources naturelles. 

Comment produire de l’huile de palme en quantité et en qualité sans engager l’avenir des forêts ? La question était au cœur du deuxième atelier national pour la mise en œuvre de l’initiative huile de palme durable en Afrique (APOI) tenu du 28 au 29 novembre dernier à Douala. Selon l’organisation environnementale PROFOREST, 50% des émissions de gaz à effet de serre proviennent de la production de commodités agricoles telles le soja, la pâte à papier et l’huile de palme. Et, lorsqu’il est établi que les surfaces exploitées pour la production d’huile de palme sont d’à peu près 190 000 hectares (à raison de 70 000 hectares pour les agro-industries et environ 120 000 hectares pour les producteurs privés), il faut cadrer sa production pour que les secteurs comme l’environnement et la santé ne soient pas perturbés. Les échanges de Douala ont porté sur la définition d’un plan d’action national pour la vulgarisation et la mise en œuvre de l’Alliance pour les forêts tropicales, autrement appelée Tropical Forest Alliance 2020 (TFA 2020 en anglais) . Le draft  dudit plan doit permettre de développer une filière d’huile de palme prospère, qui offre des opportunités de création d’emplois et de richesse pour les communautés locales de manière durable sur le plan social et environnemental, préserve les habitats naturels et protège le couvert forestier. Plusieurs paramètres ont été pris en compte dans la définition de ce plan d’action. « On est dans la logique des méca nismes permettant aux petits planteurs de développer des techniques et des itinéraires durables ; de promouvoir de bonnes pratiques de gestion et d’exploitation des différentes plantations ; de réhabiliter les vieilles plantations existantes », justifie Dr. Valérie Tsama, chef service Biosécurité au ministère de l’Environnement, de la Protection de la nature et du Développement durable (MINEPDED). Les questions  liées aux intrants, à la protection des petits producteurs et au renforcement des capacités des acteurs sur le principe Round Table on Sustainable Palm Oil (RSPO) pour la compétitivité de l’huile de palme camerounaise à l’international sont revenues sur la table. La TFA 2020 est un partenariat public-privé initié en 2012 à RIO+20 au Brésil. Le Cameroun est membre de l’initiative depuis juillet dernier. Le pays  a élaboré en septembre, huit principes nationaux prenant en compte la viabilité économique, la participation inclusive des parties prenantes, la gouvernance foncière et la préservation de l’environnement. Après la phase d’engagement du processus facilité par le Fonds mondial pour la nature (WWF), le Cameroun est à la phase du développement.

Partager cet article

Commentaires

    List is empty.

laisser un commentaire