loader

Arrêt complet… pour les « clandos »

Quel levier faut-il actionner pour réduire les accidents de la circulation routière au Cameroun et surtout mettre un terme au transport routier clandestin ? Faut-il toiletter le cadre juridique ? Impliquer davantage toutes les parties prenantes ? Passer à la phase répressive ou continuer à sensibiliser, alors que les résultats escomptés ne sont pas au rendez-vous ? Face à l’ampleur des dégâts provoqués par le transport routier clandestin à travers le pays, le gouvernement veut donner le coup de frein définitif à ces activités hors-la-loi. Trois ministres de la République sont montés au créneau mercredi dernier, pour présenter les détails de ce plan de lutte, en vue de circonscrire ce fléau qui gangrène l’économie nationale. Les ministres Issa Tchiroma Bakary de la Communication, Jean Ernest Massena Ngallé Bibehe des Transports et Paul Atanga Nji de l’Administration territoriale. Le transport routier clandestin, faut-il le souligner, ruine les efforts des opérateurs économiques en règle, fait perdre d’importantes recettes à l’Etat et endeuille des milliers de personnes chaque année. En huit ans, 22 314 accidents matériels et corporels ont été enregistrés sur nos routes. Pour un total de 8 669 morts, dont bon nombre sont des victimes des « clandos » ou des « opep ». « Les statistiques puisées à bonne source font état de ce que 40 à 60% des véhicules qui roulent sur nos routes sont impliquées dans des activités de transport clandestin », s’alarme le porte-parole du gouvernement, Issa Tchiroma Bakary. Pour dire vrai, le gouvernement reprend ainsi la main sur un dossier sur lequel il n’a pourtant jamais baissé la garde. Le ministre de la Communication qualifie d’ailleurs le phénomène d’une espèce d’hydre de transport, qui ne se soumet absolument pas aux normes légales. Trop, c’est trop. La cote d’alerte est franchie. Le gouvernement entend donc s’attaquer au mal à la racine. Les prescriptions du Premier ministre, chef du gouvernement, sont formelles : le Comité national de lutte contre le transport routier clandestin devra prendre les mesures appropriées pour circonscrire cette activité. Toutes les administrations sectorielles traitant des questions liées au transport routier, à savoir les ministères de la Communication, de l’Administration territoriale, des Transports, du Travail et de la Sécurité sociale, le secrétariat d’Etat à la Défense chargé de la gendarmerie nationale et la délégation générale à la Sureté nationale sont en ordre de bataille. La vaste campagne nationale de communication vise à sensibiliser les populations sur les dangers publics et sociétaux que représente le transport routier clandestin. Les responsables des syndicats des transporteurs par cars, par taxis, motos-taxis ou porteurs de grosses charges, devraient activement s’impliquer. De même qu’il est prescrit aux administrations en charge de la fiscalité nationale, de relever leur niveau de présence et leur niveau de pénétration en matière de recouvrement des taxes et autres impôts. Face aux enjeux économiques, sécuritaires et sociétaux que représentent les activités du transport routier clandestin, le gouvernement entend parachever et moderniser le dispositif juridique et institutionnel existant, pour un meilleur encadrement du sous-secteur du transport routier et un suivi optimal des opérations sur le terrain. Jusque-là, le sous-secteur du transport routier est régi au Cameroun par la loi n°2001/015 du 23 juillet 2001 et le décret n°2004/0607/PM du 17 mars 2004, fixant les dispositions applicables aux professions de transporteur routier et d’auxiliaire de transport routier. Et enfin l’arrêté n°120/CAB/PM du 13 novembre 2015, modifié et complété par l’arrêté n°049/CAB/PM du 9 mai 2016, portant création, organisation et fonctionnement du Comité national de lutte contre le transport routier clandestin au Cameroun. Des mesures fortes sont envisagées : l’élaboration d’un avant-projet de loi modifiant la loi n°2001/015 régissant les professions de transporteur routier et d’auxiliaire de transport routier ; l’élaboration d’un projet de décret instituant le port du badge d’identification par tous les conducteurs de mototaxis et autres véhicules utilisés à des fins commerciales ; l’élaboration d’un projet d’arrêté fixant les conditions et les modalités d’exploitation des tricycles à titre onéreux ; l’élaboration d’un projet de texte pour le transport urbain et péri-urbain de plus de 10 personnes par véhicule et la mise en place d’une plateforme entre le ministère des Transports et les organisations syndicales des transporteurs routiers et auxiliaires du Cameroun. La finalité étant de réduire de manière significative le nombre d’accidents et de morts sur nos routes.  Et surtout à arrêter  la course des « clandos ». Vaste chantier qui nécessite la collaboration franche de toutes les parties prenantes.

Partager cet article

Commentaires

    List is empty.

laisser un commentaire