loader

Un atout pour lutter contre la déforestation

La gomme arabique est produite essentiellement dans la zone sahélienne. Son développement correspond, d’après le Dr. Sali Bourou, aux zones géographiques où la pluviométrie se situe autour de 400 à 600 mm. Deux espèces sont les plus utilisées par les producteurs : l’Acacia Sénégal qui produit la gomme dure de haute qualité et l’Acacia Seyal qui produit la gomme friable de qualité médiocre. Grâce à leur forte teneur en azote, les deux espèces d’Acacia restaurent la fertilité des sols. Sur le plan écologique, elles retiennent  et fixent les sols, limitant ainsi la désertification dans les zones arides. Au point d’être intégrées dans les systèmes agroforestiers. En outre, les racines profondes et étendues de l’Acacia constituent des conditions favorables à l’agriculture. Ces racines protègent les cultures contre les fortes précipitations et l’érosion du vent. Les superficies actuellement disponibles dans la région du Nord sont d’environ 300 hectares. Les localités comme Waza et Yagoua dans la région de l’Extrême-Nord constituent également des bassins de pro duction du produit forestier non-ligneux. Afin de promouvoir la vulgarisation des normes et qualités dans la production de la gomme arabique, l’Organisation néerlandaise de développement (SNV) a lancé en octobre 2008, une consultation pour la conception des supports visuels. L’objectif était de promouvoir une production durable de la gomme et d’augmenter les revenus des paysans qui s’y investissent.  

Partager cet article

Commentaires

    List is empty.

laisser un commentaire

Autres articles à lire ...


Où en est le Cameroun dans sa lutte contre la pauvreté et les inégalités à l’aube du septennat des grandes opportunités ? La publication par le Fonds monétaire international (FMI) du Rapport pays n°18/256 en octobre dernier tente d’apporter des éléments de réponse aux problèmes de pauvreté et d’inégalités. A la lecture, le document fourmille de données et informations édifiantes. Les experts de l’institution financière internationale font parler les chiffres, mettent en relief des données à travers des...


The Partnership Agreement falls within the frame...


Le coordonnateur national du Programme de promotion de l’entreprenariat agropastoral des jeunes (PEA-Jeunes), Alfred Bela Tomo, vient de publier un communiqué dans lequel il invite les jeunes désireux d’investir dans le secteur agropastoral à être vigilants face à toute forme d’arnaque. Il note la circulation sur les réseaux sociaux d’un document qui appelle ces derniers à s’inscrire jusqu’à la fin du mois de novembre pour bénéficier d’un financement de 300 000 F. Il n’en est rien. Alfred Bela Tomo prie tout jeune évoluant dans un bassin ...