loader

Inclusion financière: La plus-value des Fintech

Des actions d’envergure sont prises par les institutions financières internationales pour parvenir à l’accès financier universel.

Le monde entier compte environ 1,7 milliard d’adultes qui n’ont pas accès aux services financiers. Les chiffres révélés par la directrice générale du Fonds monétaire international (FMI), Christine Lagarde, lors des Assemblées annuelles des institutions de Bretton Woods (Banque mondiale et FMI) du 8 au 14 octobre dernier à Bali, en Indonésie, renseignent sur les écarts d’inclusion financière à l’échelle mondiale. Ces écarts sont surtout perceptibles au niveau des genres. Selon la Banque mondiale, l’écart entre hommes et femmes est encore de 9 points de pourcentage dans les pays en développement. A titre d’exemple, 36% de femmes au Bangladesh détiennent un compte, contre 65% d’hommes. Soit une différence de 29 points de pourcentage. La situation n’est pas plus reluisante au Pakistan, où un homme est cinq fois plus susceptible qu’une femme d’ouvrir un compte. Même si les efforts d’inclusion financière sont timides, il y a tout de même des frémissements. La base de données Global Findex de la Banque mondiale indique que plus d’un demi-milliard de comptes courants ont été ouverts au cours des trois dernières années. Ces avancées enregistrées résultent des effets conjugués de la technologie, de l’investissement privé, des réformes de la politique publique et du soutien de la communauté internationale. Les pays comme le Kenya et la Mongolie font figure de bons élèves. Dans le premier pays, plus de 70% de la population utilise leurs téléphones portables pour la majorité de leurs opérations bancaires. Dans le second, le taux de détention des comptes Mobile Money est passé de moins de 5% à environ 20%. Ces dernières années, les institutions financières de Bretton Woods sont engagées dans une dynamique visant à exploiter les avantages des Fintech afin que ses répercussions socio-économiques puissent profiter au plus grand nombre et non pas à une minorité. D’où tout l’intérêt du Programme Fintech de Bali. Entre autres axes prioritaires: favoriser la fintech pour promouvoir l’inclusion financière et développer les marchés financiers en relevant les défis liés à la portée, l’information des consommateurs et la viabilité commerciale ; développer une infrastructure financière et de données robustes ; garantir la stabilité des systèmes monétaires et financiers nationaux ou encore adapter le cadre réglementaire pour l’évolution et la stabilité du système financier.

Partager cet article

Commentaires

    List is empty.

laisser un commentaire

Autres articles à lire ...


Où en est le Cameroun dans sa lutte contre la pauvreté et les inégalités à l’aube du septennat des grandes opportunités ? La publication par le Fonds monétaire international (FMI) du Rapport pays n°18/256 en octobre dernier tente d’apporter des éléments de réponse aux problèmes de pauvreté et d’inégalités. A la lecture, le document fourmille de données et informations édifiantes. Les experts de l’institution financière internationale font parler les chiffres, mettent en relief des données à travers des...


The Partnership Agreement falls within the frame...


Le coordonnateur national du Programme de promotion de l’entreprenariat agropastoral des jeunes (PEA-Jeunes), Alfred Bela Tomo, vient de publier un communiqué dans lequel il invite les jeunes désireux d’investir dans le secteur agropastoral à être vigilants face à toute forme d’arnaque. Il note la circulation sur les réseaux sociaux d’un document qui appelle ces derniers à s’inscrire jusqu’à la fin du mois de novembre pour bénéficier d’un financement de 300 000 F. Il n’en est rien. Alfred Bela Tomo prie tout jeune évoluant dans un bassin ...