loader

Route Mbéré-Ngaoundéré: Les bonnes affaires des riverains

Ce linéaire de 89 km récemment réceptionné par le gouvernement est un projet qui contribue à renforcer l’économie locale et à réduire les entraves à la circulation routière.

C'est un joyau bien entretenu qui fait désormais partie du paysage routier de la région de l’Adamaoua. Le tronçon long de 89 km, financé à hauteur de 41,5 milliards de F par l’Etat du Cameroun et la Banque mondiale, donne une bouffée d’oxygène à l’économie locale. Les travaux de la route Mbéré-Ngaoundéré qui avaient démarré le 20 mars 2010 pour 36 mois ont connu un retard de livraison à cause de nombreuses dégradations apparues sur la couche de roulement en béton bitumineux. Et c’est le 7 octobre dernier que la réception définitive a été prononcée. Quelques années après la réalisation des premiers travaux, des activités économiques étaient déjà en plein essor de part et d’autre de la route.

Une grosse activité de vente du miel et des produits agricoles tels que la patate, la pomme de terre, est développée par les riverains. « A partir du moment où la route est là, l’impact se ressent également. Alors, vous pouvez observer tout au long de la route des activités économiques qui sont pratiquées. Vous avez les petits commerces, l’agriculture et l’élevage qui sont installés », soutient Hamidou Bello, délégué départemental du ministère de l’Economie, de la Planification et de l’Aménagement du territoire (MINEPAT) pour le Mbéré. Ces derniers temps, en raison de cette route, les déplacements à caractère touristique se sont multipliés. Le tronçon regorge à lui seul de plusieurs sites touristiques où les visiteurs internes et externes se rendent au quotidien. « C’est une route qui permet de se rendre sur plusieurs sites touristiques dans la zone.

Notamment, le site Dankalikona, où la Sanaga tire sa source, le lac de Ngaoundaba, les ranches Balewa et Balejam, le lac Tison et le bois de Mardock à l’entrée de Ngaoundéré. Imaginez-vous donc !!! », fait observer Garba Souley, délégué régional du ministère du Tourisme et des Loisirs de l’Adamaoua. Même dans la ville de Ngaoundéré, la transformation est visible à l’oeil nu. Ces dernières années, plusieurs agences de transport ont vu le jour. Les sociétés y sont installées afin permettre les échanges entre le nord et le sud du pays. On observe également une explosion démographique, notamment au quartier Béka Hooséré situé à la pénétrante est de la ville de Ngaoundéré. « Vous êtes sans ignorer que là où la route passe, le développement suit immédiatement. Vous pouvez le constater à travers la présence des stations-services, des écoles et d’un lycée », confi, le maire Bobbo Saliou de Ngaoundéré 1er.

Partager cet article

Commentaires

    List is empty.

laisser un commentaire

Autres articles à lire ...


Où en est le Cameroun dans sa lutte contre la pauvreté et les inégalités à l’aube du septennat des grandes opportunités ? La publication par le Fonds monétaire international (FMI) du Rapport pays n°18/256 en octobre dernier tente d’apporter des éléments de réponse aux problèmes de pauvreté et d’inégalités. A la lecture, le document fourmille de données et informations édifiantes. Les experts de l’institution financière internationale font parler les chiffres, mettent en relief des données à travers des...


The Partnership Agreement falls within the frame...


Le coordonnateur national du Programme de promotion de l’entreprenariat agropastoral des jeunes (PEA-Jeunes), Alfred Bela Tomo, vient de publier un communiqué dans lequel il invite les jeunes désireux d’investir dans le secteur agropastoral à être vigilants face à toute forme d’arnaque. Il note la circulation sur les réseaux sociaux d’un document qui appelle ces derniers à s’inscrire jusqu’à la fin du mois de novembre pour bénéficier d’un financement de 300 000 F. Il n’en est rien. Alfred Bela Tomo prie tout jeune évoluant dans un bassin ...