loader

Accord triennal Cameroun-FMI: Nouvelle revue programmée dès lundi

L’exécution du budget 2018, la dette publique, la mobilisation des recettes internes font partie des points qui seront abordés par les experts du fonds et les autorités du pays, dès lundi prochain.

Juin 2017-novembre 2018. Cela fera bientôt un an et demi que le programme économique et financier triennal conclu entre le Cameroun et le Fonds monétaire international (FMI) est mis en oeuvre. Une mission du FMI est annoncée au pays au courant de ce mois de novembre pour procéder avec les autorités nationales, à la troisième revue de cet accord au titre de la facilité élargie de crédit (FEC). Elle sera reçue le 5 novembre prochain à Yaoundé par les ministres en charge des Finances et de l’Economie. Cette mission intervient cinq mois après la deuxième effectuée entre avril et mai dernier, en même temps que les consultations au titre de l’article IV.

Cette deuxième avait alors permis le décaissement de 55,2 millions de DTS (droits de tirages spéciaux), environ 77,8 millions de dollars, soit 44,346 milliards de F en faveur du Cameroun, suite à l’approbation du conseil d’administrateur du Fonds. L’accord triennal FEC, avec un total de 680,7 millions de dollars, près de 389 milliards de F a été approuvé par le conseil d’administration du FMI le 26 juin 2017. Alors qu’on on est presque rendu à mi-parcours de sa mise en oeuvre, le pays a déjà bénéficié de trois décaissements d’une valeur cumulée de 366, 3 millions de dollars, soit environ 209 milliards de F. Un peu plus de la moitié de l’enveloppe globale prévue.

Cependant, dans le communiqué de presse publié le 6 juillet dernier, Mitsuhiro Furusawa, directeur général adjoint et président par intérim du FMI déclarait : « la performance du Cameroun dans le cadre de son programme appuyé par l’accord FEC a été mitigé sur fond de ralentissement de l’activité économique et de problèmes de sécurité. Les dépassements de dépenses en fin d’année ont compensé la bonne tenue des recettes non pétrolières, si bien que le déficit budgétaire a été plus élevé que prévu ». L’enjeu de la troisième revue du programme conclu entre le Cameroun et le FMI sera donc de voir si le pays a intégré les observations formulées il y a quelques mois. Depuis le départ de la dernière mission, Il y a eu l’ordonnance du 4 juin 2018 qui a consacré la hausse du budget de l’Eta pour l’exercice en cours de 176 milliards de F.

Dans sa déclaration, Mitsuhiro Furusawa évoquait entre autres la nécessité de préserver la viabilité de la dette en limitant les nouveaux emprunts et en recourant davantage aux emprunts concessionnels. Evoquant au préalable la hausse de la dette publique du Cameroun en 2017 en raison d’une exécution plus rapide des projets d’investissement. Sur ce point précis, le ministre des Finances, Louis Paul Motaze, lors du lancement du 5e emprunt obligataire de l’Etat-visant à emprunter 150 milliards de F- jeudi dernier à Yaoundé, a souligné avec emphase, que « le Cameroun fait partie des 15 pays les moins endettés de l’Afrique avec un taux d’endettement inférieur à 34% du PIB ». La situation de l’encours de la dette contractée mais non décaissée et des recettes pétrolières supplémentaire feront certainement partie des points examinés par les experts du FMI. Idem pour les données sur l’exécution budgétaire à fin juin 2018.

La troisième revue annoncée va se tenir au lendemain des élections présidentielles du 7 octobre. Mais aussi, de la conférence extraordinaire des chefs d’Etat de la CEMAC du 25 octobre à N’Djamena. Et concernant particulièrement le programme économique avec le FMI, les ministres en charge des négociations ou du suivi ont reçu comme instruction, « de faire montre d’une détermination sans faille dans la mise en oeuvre des réformes indispensables au redressement économique de la sous-région ».

Partager cet article

Commentaires

    List is empty.

laisser un commentaire

Autres articles à lire ...


Où en est le Cameroun dans sa lutte contre la pauvreté et les inégalités à l’aube du septennat des grandes opportunités ? La publication par le Fonds monétaire international (FMI) du Rapport pays n°18/256 en octobre dernier tente d’apporter des éléments de réponse aux problèmes de pauvreté et d’inégalités. A la lecture, le document fourmille de données et informations édifiantes. Les experts de l’institution financière internationale font parler les chiffres, mettent en relief des données à travers des...


The Partnership Agreement falls within the frame...


Le coordonnateur national du Programme de promotion de l’entreprenariat agropastoral des jeunes (PEA-Jeunes), Alfred Bela Tomo, vient de publier un communiqué dans lequel il invite les jeunes désireux d’investir dans le secteur agropastoral à être vigilants face à toute forme d’arnaque. Il note la circulation sur les réseaux sociaux d’un document qui appelle ces derniers à s’inscrire jusqu’à la fin du mois de novembre pour bénéficier d’un financement de 300 000 F. Il n’en est rien. Alfred Bela Tomo prie tout jeune évoluant dans un bassin ...