loader

« Le prix du sac de 50 kg de «litchi» coûte 8 000 F »

Abdel Karim Mimche, revendeur des variétés chevelu ou ramboutan.

On observe sur le marché une abondance de ces fruits. Comment se portent les ventes de litchis en cette période ?

Le marché de litchis ou le ramboutan se porte relativement bien. Le litchi, fruit exotique provenant de la localité de Djombé dans la région du Littoral, est peu connu du grand public. Mais, on note de plus en plus d’intérêt. C’est la raison pour laquelle il y a de plus en plus de revendeurs et de consommateurs. En cette période, c’est-à-dire de juin à août, il y a abondance sur le marché. Le cageot de ce fruit est vendu entre 2 500 et 3 000 F. En période de vaches maigres, le cageot coûte 4 500 F. Quant au prix du sac de 50 kg, il est vendu à 8 000 F. Le prix du sac de 50 kg revient à 12 000 F, pendant la contre saison.

Comment vous adaptez- vous à la fluctuation du prix de ce produit ?

Quand le coût du sac de litchi est en hausse, j’achète une petite quantité, tout en augmentant le prix de vente afin de maintenir la clientèle et tirer un bénéfice. Cela ne pourrait me pertuber car j’y associe la vente de l’ananas, ou du fruit de la passion pour m’en sortir.

Quelle est la période des bonnes affaires pour les revendeurs ?

J’effectue d’énormes ventes dans la période allant de juin à août. A cette période, je peux vendre un sac de 50 kg et en fin de journée j’ai un bénéfice de plus de 3 500 F. La vente des fruits est proportionnelle à la stratégie que développe le revendeur. Il faut aller vers le client et se balader.

Partager cet article

Commentaires

    List is empty.

laisser un commentaire

Autres articles à lire ...


Où en est le Cameroun dans sa lutte contre la pauvreté et les inégalités à l’aube du septennat des grandes opportunités ? La publication par le Fonds monétaire international (FMI) du Rapport pays n°18/256 en octobre dernier tente d’apporter des éléments de réponse aux problèmes de pauvreté et d’inégalités. A la lecture, le document fourmille de données et informations édifiantes. Les experts de l’institution financière internationale font parler les chiffres, mettent en relief des données à travers des...


The Partnership Agreement falls within the frame...


Le coordonnateur national du Programme de promotion de l’entreprenariat agropastoral des jeunes (PEA-Jeunes), Alfred Bela Tomo, vient de publier un communiqué dans lequel il invite les jeunes désireux d’investir dans le secteur agropastoral à être vigilants face à toute forme d’arnaque. Il note la circulation sur les réseaux sociaux d’un document qui appelle ces derniers à s’inscrire jusqu’à la fin du mois de novembre pour bénéficier d’un financement de 300 000 F. Il n’en est rien. Alfred Bela Tomo prie tout jeune évoluant dans un bassin ...