loader

Entrepreneuriat: 2000 jeunes accompagnés en trois ans

Le Fonds de l’investissement de l’entrepreneur est dans le pipe et vise à encourager l’autofinancement des projets à travers le pays.

Entreprendre autrement. Aller à la rencontre des jeunes partout sur l’ensemble du territoire national. Dans les villages, les bassins de production agricole, les sites où l’activité artisanale, minière, forestière, piscicole a du potentiel. Bref, tous ces lieux qui sont « oubliés », mais qui ont de la matière pour faire tourner l’économie. Aller à la rencontre des jeunes des zones rurales qui ont des idées à revendre. Cette vision est celle de l’Association des entrepreneurs du Cameroun (AEC).Portée par des jeunes (banquiers, assureurs, universitaires, conférenciers, experts) l’association a fait le tour du Cameroun en trois ans pour rechercher des porteurs d’idée, de projets. Elle revendique à ce jour, une communauté de 12 000 membres. Partout où l’AEC est passée, elle a identifié deux « leaders » pour montrer la voie aux autres. Une plateforme a été mise sur pied en partenariat avec Cameroon CEO pour les « vendre » auprès d’investisseurs et partenaires au développement. Pour Styve Tchachuang, président de l’AEC, « le meilleur est à venir ». Le Fonds de l’investissement de l’entrepreneur (FIE) est dans le pipe. Une initiative qui vise l’autofinancement des projets des membres de l’association. Avec 25 000 F de carte de membre qui sert également d’inscription et de droit d’adhésion, l’association a instauré une cotisation de 10000 F. Cette dernière servira à renflouer les caisses du FIE. Lorsqu’on demande aux membres comment tiendront- ils tout cela,Wolf Eyinga, le secrétaire exécutif de l’association explique que « depuis qu’ils ont lancé l’association en juillet 2015, tout s’est passé comme prévu. Nous n’avons pas peur de continuer d’oser au vu de l’engouement des porteurs de projets que nous accompagnons », rassure-t-elle. C’est ainsi que pour poursuivre le chemin, l’AEC envisage d’organiser un forum national des entrepreneurs camerounais dans les prochains mois. Les jeunes de la diaspora seront conviés. « A l’occasion, nous poserons un diagnostic des régions sur le monde de l’entrepreneuriat. Grâce aux études menées en trois ans, nous avons des statistiques qui nous permettent de faire le point et l’état des lieux», souligne Styve Tchachuang.

Partager cet article

Commentaires

    List is empty.

laisser un commentaire