loader

Marché de l’emploi: Un outil pour répondre aux besoins

Le Forum national sur la gestion prévisionnelle des compétences qui se tient actuellement à Yaoundé, met en lumière une approche à même de renforcer l’outil de production.

Ouvert hier par Zacharie Perevet, ministre de l’Emploi et de la Formation professionnelle, le premier Forum national sur la gestion prévisionnelle des emplois, des métiers et des compétences dans les entreprises et sur les territoires (GPECT) au Cameroun est une occasion de découvrir un ensemble de mécanismes visant la performance des personnels et le renforcement de l’outil de production. S’y exprimant, Pierre Narcisse Bollanga, directeur des ressources humaines chez Eneo Cameroon, a fait observer que les défis sur le plan de la gestion des ressources humaines sont de plus en plus importants, dans un contexte marqué par des départs massifs à la retraite et une transformation technologique de notre environnement. La solution, poursuit-il, est l’adoption d’un procédé de gestion prévisionnelle des emplois et des compétences au sein de l’entreprise. En ouvrant les travaux, Zacharie Perevet a souligné l’importance de cette démarche qui a pour but de « permettre à notre système de production de disposer d’une ressource humaine de qualité, pour les objectifs d’émergence à l’horizon 2035 ». Le Document de stratégie pour la croissance et l’emploi (DSCE) pose déjà les bases stratégiques pour des emplois répondant à ces objectifs. En 2020, le Cameroun ambitionne d’industrialiser son système de production. Aussi, des compétences pointues sontelles nécessaires pour gérer cet appareil de production. L’entreprise est alors appelée à jouer un rôle aussi bien au niveau de la formation, qu’au niveau de la gestion de ses effectifs pour être en mesure de répondre à ses besoins de performance. Certaines entreprises ont déjà emboîté le pas à cette initiative. Chez Eneo Cameroon par exemple, le taux de salariés formés a connu jusqu’à 80% de progression entre 2017 et 2018, et environ 3700 personnes sont formées par semaine. A la Société camerounaise de dépôts pétroliers (SCDP), l’expérience de la gestion prévisionnelle des compétences (GPEC) est encore plus poussée. Nicole Ngatchou, responsable de la formation et de la GPEC au sein de l’entreprise affirme que toute nouvelle recrue passe d’abord par la formation car expliquet- elle ; « le coeur de métier de l’entreprise c’est l’exploitation et cela ne s’apprend pas à l’école ». Par ailleurs, l’entreprise forme régulièrement ses employés et des personnels externes afin de répondre à ses besoins de compétences. A ce jour, près de 3000 personnes ont déjà bénéficié de l’expertise du centre de formation de la SCDP. Ces exemples ne sont pas suffisants. De fait, le forum ambitionne de vulgariser le GPECT dans tout le pays. Autres objectifs en ligne de mire, la mise en place de la plateforme nationale de la GPECT, la facilitation de l’insertion professionnelle ou encore la maîtrise des données relatives au marché de l’emploi.

 

Partager cet article

Commentaires

    List is empty.

laisser un commentaire