loader

Entrepreneuriat: Objectif, maximiser la production et la transformation

Le Bureau national de mise à niveau a récemment présenté sa mission d’accompagnement des structures industrielles de la région de l’Ouest.

Une poignée de main et un chèque de 20 597 940 F qui change de propriétaire. C’est Chantal Ebombat Mbedey, directrice du Bureau de mise à niveau des entreprises (BMN) qui remet cette enveloppe à Jean II Fotso, PDG de la Société camerounaise de savonnerie (SCS). Une prime symbolisant l’aboutissement du processus d’arrimage de cette entreprise, aux normes internationales de mise à niveau. Le BMN a par la suite organisé le 6 septembre 2018, un atelier de sensibilisation pour l’adhésion volontaire des entreprises de la région de l’Ouest au Programme national de mise à niveau. Ledit atelier qui s’est déroulé dans la salle des conférences du gouvernorat de la région de l’Ouest, a réuni près d’une centaine d’industriels et d’entrepreneurs. Occasion pour Chantal Ebombat Mbedey de rappeler que le BMN est un programme créé par le président Paul Biya et placé sous la tutelle du MINEPAT, pour soutenir l’entreprenariat et l’industrialisation au Cameroun. « Des entreprises bien arrimées aux normes internationales s’imposent aisément comme des créateurs de la richesse et de l’emploi », explique cette dernière. Les données présentées au cours des différentes communications précisent que 527 entreprises sur le plan national (dont 19 à l’Ouest), sur un peu plus de 20 000 entreprises industrielles que compte le Cameroun, selon les données de l’Institut national de la statistique (INS), ont déposé un dossier au BMN. Parmi les entreprises suivies, 70 environ ont bénéficié de ce programme qui se résume en appuis immatériels (diagnostics de mise à niveau, mise en oeuvre de plans de mise à niveau, accompagnement à la mise en oeuvre des systèmes de management dans les entreprises industrielles), et des appuis financiers d’une valeur globale d’environ deux milliards de F. Près de 15 milliards de F sont disponibles pour soutenir la normalisation des entreprises camerounaises. François Etapa, le secrétaire général des services du gouverneur de la région de l’Ouest qui présidait cette cérémonie, a précisé qu’il s’agit d’une aubaine que doivent saisir les entreprises locales pour évoluer tant sur le plan national qu’international, en saisissant la perche tendue par l’entrée en vigueur de l’APE. Une motivation qui a incité ces entreprises à s’inscrire aux fins de bénéficier de la mise à niveau et de la restructuration du Programme.

Partager cet article

Commentaires

    List is empty.

laisser un commentaire

Autres articles à lire ...


Après les travaux préliminaires débutés e...


Le 30 octobre dernier à Yaoundé, les experts de la douane de l’Afrique centrale et de l’Ouest se sont séparés après deux jours d’échanges et de réflexions sur l’avenir de ce secteur névralgique, à l’aube de la création de la zone de libre-échange continentale africaine (ZLEC). L’élaboration des premiers contours du plan stratégique triennal 2019-2022 en vue de faciliter les échanges en est la principale résolution. L’option de la mutualisation des forces, à travers entre autres, l’harmonisation des régimes douaniers et la nu...


La Chambre de commerce, d’industrie, des mines et de l’artisanat du Cameroun (CCIMA) tire la sonnette d’alarme. Le chiffre d’affaires des promoteurs des PME de la place est en baisse selon une récente étude réalisée en mars et avril derniers, disponible sur son site Internet. Sur un échantillon de 241 PME, 44,59% des chefs d’entreprises consultés dans le cadre de l’enquête baromètre 2018 reconnaissent une baisse de chiffre d’affaires en 2017.

L’enquête révèle en outre que les artisans ont été les plus affectés (65%) du fait des condition...